N°259 (mars 2016)

8 mars ; Société patriarcale ; Agressions de Cologne ; Etat d’urgence  ; lutte anti-CPE ; luttes étudiantes ; Syndicalisme étudiant ; grève générale ; PCOI iranien ; Espagne - Podemos ; ETA ; loi El Khomri  ; Notre-Dame-des-Landes ; 51e congrès de la CGT ; 1946 : La guerre civile grecque

Alternative libertaire n°259 (mars 2016) publié par Alternative-libertaire

Edito : Le bal des imbéciles

Et hop, un remaniement ! On a assisté aux habituelles démonstrations de servilité, récompensées ou non, aux retournements de veste aussi soudains que prévisibles, mais aussi à des magouilles dignes d’une téléréalité.

 

Il y a dix ans, le mouvement anti-CPE

En 2006, salarié.e.s et surtout étudiants et lycéens ont obtenu, pour la première fois depuis 1995, une victoire d’ampleur contre une réforme gouvernementale. C’est aussi la dernière en date. Comment s’y sont-ils pris ? Pourquoi est-ce que ça a marché ? Rétrospective et leçons à en tirer.

 

Dossier CPE : 2006, déclenchement d’un souffle de révolte

 

Dossier CPE : Repères chronologiques

 

Dossier CPE : Flux et reflux des luttes étudiantes

 

Dossier CPE : Syndicalisme étudiant : qu’avons-nous construit ?

 

(G)rêve générale, la fac de Caen contre le CPE (2006)

[vidéo] Laissant la place aux paroles et aux actes, le documentaire permet un retour de l’intérieur sur la mobilisation étudiante à Caen en 2006 contre le CPE et son monde. Un matériau utile dix ans après pour réfléchir, dans un contexte différent, aux luttes qui s’initient sur les facs contre le projet de loi Travail, ses promoteurs et leur monde.

 

Dossier CPE : Interpro, vers la grève générale ?

 

Dossier CPE : Mathilde et Jon, témoins de 2006 : « Un mouvement vraiment populaire »

 

Dossier CPE : Des livres sur la lutte

 

Cologne, pain bénit pour racistes

Patriarcat ordinaire en Allemagne : des hommes ont agressé des femmes. D’autres hommes ont protesté : les étrangers viennent leur arracher leurs victimes des bras. Illustration concrète d’une instrumentalisation du féminisme à des fins racistes.

 

Cologne, ce n’est pas que la Saint-Sylvestre

Un texte de deux camarades allemands, suite aux agressions sexistes et sexuelles de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, et au déchaînement de propos racistes qui s’est ensuivi.

 

51e congrès de la CGT : Sortie de crise morale et stratégique ?

Le 51e congrès de la CGT est en préparation dans le climat de crise qui court depuis l’éviction de Thierry Lepaon. Si l’enjeu est bien de remettre de la combativité dans le syndicalisme de la confédération, les documents préparatoires montrent que le chemin sur cette voie sera difficile.

 

L’universalisme, ennemi des féministes ?

L’universalisme entretient un lien ambigu avec le féminisme. Cette notion a pu revêtir le masque d’un universel limité au masculin (comme dans le suffrage universel masculin) ou colonial (comme dans le Discours sur la colonisation de Jules Ferry). Aujourd’hui le soi-disant universalisme républicain enrobe des discours réactionnaires et racistes. Mais l’universel, comme genre humain, abolissant les différences entre classes de sexe, a pu également être une revendication féministe.

 

Shiva Mahbobi et Hamid Taqvaee (révolutionnaires iranien.ne.s) : « En Iran, combattre le capitalisme sans combattre la religion est impossible »

Alors que l’Iran est de retour sur la scène internationale, Alternative libertaire s’est entretenue avec deux militants du Parti communiste ouvrier d’Iran (PCOI). Shiva Mahbobi, militante féministe, pour la libération des prisonniers politiques d’Iran, les droits des réfugié-e-s, ancienne prisonnière politique… Et Hamid Taqvaee, qui a pris part, en 1978/1979, à la révolution visant à renverser le régime du Shah, acteur de premier plan de la construction du courant communiste, puis communiste-ouvrier en Iran avec Mansoor Hekmat, et actuellement secrétaire du PCOI.

 

Flicage : Contre une société cadenassée

De prorogation en prorogation, l’état d’urgence s’installe dans le ­paysage avec son cortège de perquisitions arbitraires et d’assignations à résidence. Contre cette dérive autoritaire, poursuivons la mobilisation.

 

Orléans toujours assigné à résistance

À Orléans à la mi-décembre, un collectif d’organisations syndicales, associatives et politiques s’est mis en place, bien décidé à mobiliser localement pour la levée de l’état d’urgence.

 

Hector Martinez, libertaire espagnol : « Podemos a démantelé le tissu social »

Alors que le pays connaît une situation sociale toujours aussi critique, une crise politique majeure suite aux dernières élections législatives et une répression du mouvement social qui s’invente des contours légaux avec la désormais tristement célèbre loi bâillon (ley mordaza), les temps sont durs au pays de Cervantes. Petit tour d’horizon de l’actualité sociale et politique outre-Pyrénées avec Hector Martínez, militant d’un groupe libertaire, Action sociale et syndicale internationaliste (Assi) de la ville de Saragosse en Aragon.

 

Prisonniers politiques : Acharnement anti-ETA de l’État

Lorentxa Guimon, prisonnière politique basque, est détenue au centre pénitentiaire de Rennes dans un état de santé déplorable, bien qu’elle soit libérable. À l’acharnement judiciaire s’ajoute le contexte de l’état d’urgence, qui l’empêche d’avoir accès aux soins nécessaires à sa survie.

 

Notre-Dame-des-Landes : L’heure de vérité

Le tribunal de Nantes a validé l’expulsion des habitations et des exploitations agricoles du territoire sur lequel devraient commencer les travaux du futur aéroport. Mais c’est compter sans notre détermination à nous opposer à ce projet, qu’une fumeuse promesse de référendum ne viendra pas apaiser.

 

Lire : « Lutter au Sahara : du colonialisme vers l’indépendance »

Il y a plus de quarante ans, la monarchie marocaine lançait la Marche verte pour annexer le Sahara Occidental, malgré la résistance des indépendantistes sahraouis. Quinze auteurs se sont associés pour faire connaître au monde la lutte du dernier pays colonisé en Afrique.

 

Lire : « Je vous écris de l’usine »

 

Sur les « défis » de Philippe Corcuff

 

Essai : « Bureaucratie »

 

1946 : La guerre civile fait basculer la Grèce à l’Ouest

Le 30 mars 1946, l’attaque d’un poste de police marque le début d’une guerre civile entre les forces issues de la résistance antinazie, regroupées autour du Parti communiste grec (KKE), et les troupes gouvernementales, contrôlées par la droite (un bloc de fascistes, de royalistes et de la bourgeoisie), alliées avec la Grande-Bretagne et les États-Unis.

 
 
☰ Accès rapide
Retour en haut