8 mars 1910-2010 : Cent ans de lutte des femmes

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le constat est unanime : les droits des femmes sont en recul. Que ce soit dans les pays où elles ont acquis par leurs luttes des droits sur le papier mais qui ne se concrétisent pas réellement, ou dans les pays où elles ne les ont pas encore acquis, même sur le papier, il y a du boulot !

Ce 8 mars est l’occasion du lancement de la 3e Marche Mondiale des Femmes dans de nombreux pays du monde. En France, l’accent sera mis tout particulièrement sur deux sujets brûlants d’actualité : le droit à l’avortement et les violences exercées contre les femmes. Le droit à l’avortement est lourdement menacé par les fermetures de centres IVG qui s’inscrivent dans la politique de démantèlement de l’hôpital public. Ces attaques s’accompagnent d’une dégradation du système de santé et de protection sociale, et, plus généralement, de la casse du service public.

Les violences faites aux femmes persistent et nous craignons fort que la loi discutée à l’Assemblée Nationale ce printemps ne comporte presque plus rien des propositions contenues dans la loi-cadre portée depuis des années par le CNDF. Les violences ne sont pas le fait de pathologies individuelles, mais bien la conséquence d’un système patriarcal persistant qui considère que les femmes sont inférieures aux hommes. Il s’agit donc de les combattre d’abord par la prévention et l’éducation dès le plus jeune âge plutôt que par une politique répressive le plus souvent inefficace et qui vire au tout sécuritaire, donc finalement liberticide pour tout le monde.

Naturellement, les autres revendications concernant les droits des femmes et leur libération réelle seront également portées par les manifestantes : maintien et développement du service public de la petite enfance, égalité effective entre femmes et hommes dans tous les domaines (éducatif, professionnel et social), régularisation des travailleuses sans papier, droits pour les migrantes et respect du droit d’asile pour les femmes persécutées…

Une édition encore plus internationale

Enfin, et c’est l’un des grands intérêts de la Marche Mondiale des Femmes, la dimension internationale sera particulièrement développée cette année, le 8 mars puis après. Le tract mentionne les « Afghanes, encore et toujours oubliées dans le honteux processus de « réconciliation » avec les talibans ; Iraniennes, en butte à la répression d’un régime d’un autre temps ; Congolaises, utilisées comme butin de guerre ; et, dans tant d’autres pays, encore des millions de femmes victimes d’un système patriarcal arriéré et meurtrier où le corps des femmes reste un enjeu de pouvoir ». Le forum qui aura lieu en juin et les différents rendez-vous internationaux prévus seront l’occasion d’échanger, de réfléchir et de construire ensemble.

Émilie (AL Saint-Denis)


CALENDRIER DES ACTIONS DE LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES

8 mars 2010
- Lancement de la Marche dans chaque pays
- En France, des manifestations et/ou des marches dans les régions, départements, villes, avec célébration des 100 ans de la Journée Internationale pour les droits des femmes

12 juin 2010
- Manifestation nationale à Paris
- Événements pour la fin de cette manifestation

12 et 13 juin 2010
- Forum national sur les quatre thèmes de la Marche (Autonomie économique des femmes, Biens communs et services publics, Paix et démilitarisation, Violences envers les femmes)

30 juin 2010
- Manifestation européenne à Istanbul (Turquie)

17 octobre 2010
- Délégation internationale à Bukavu (République démocratique du Congo)
- Journée de solidarité internationale principalement en direction des femmes vivant dans des pays en situation de guerre

 
☰ Accès rapide
Retour en haut