A propos du texte d’Al Badil al Chouyouii al taharrouri du 23 février 2007

Version imprimable de cet article Version imprimable


Nous avons découvert le 26 février sur le site d’Al Badil al chouyouii al taharrouri un texte intitulé « Le colonialisme anarchiste d’Alternative libertaire France et les menaces contre les petites organisations ». Il fait suite à un échange entre nos deux organisations relatif à des divergences d’analyse concernant la situation politique au Liban. Nous publions ici notre réponse à ce texte.

Nous avons découvert fin février qu’Al Badil al chouyouii al taharrouri a décidé de rendre publique, dans un texte daté du 23 février 2007 mis en ligne sur son site, une partie « choisie » et sortie de son contexte d’une correspondance entre nos deux organisations. Soit.

Dans ce texte, Al Badil al chouyouii al taharrouri qualifie Alternative libertaire d’organisation animée par un « esprit colonialiste et jacobin vaniteux », et laisse entendre que nous usons de procédés staliniens…Trêve d’insultes, et revenons au débat politique.

Al Badil al chouyouii al taharrouri pointe à juste titre le fait que nous soyons en désaccord quant à l’appréciation que nous portons sur la situation politique du Liban.

Il est vrai qu’ Al Badil al chouyouii al taharrouri a pris publiquement « position pour le mouvement du 14 mars, contre le mouvement du 8 mars dont le noyau est le parti intégriste religieux Hezbollah et qui est profondément pro-syrien », et qu’« Alternative libertaire France s’étonne de cette position », tout du moins sur le premier élément de cette position.

Effectivement, nous avons été pour le moins étonné-e-s qu’Al Badil al chouyouii al taharrouri prenne position non seulement pour le Mouvement du 14 mars, mais aussi se déclare, dans un texte de décembre 2006 publié sur son site Internet et sur Anarkismo.net, aux côtés des forces politiques qui le composent. Or parmi ces forces, on trouve le parti du milliardaire Hariri (assassiné en 2005 sans doute par l’Etat syrien), le parti Kataëb (les Phalanges libanaises) et les Forces libanaises (Parti raciste d’extrême droite). Il n’est pas stalinien, colonialiste et vaniteux de dire que ces trois partis sont les principales entités défendant les intérêts de la bourgeoisie libanaise, son gouvernement, ainsi que la politique des Etats-Unis au Proche Orient. Dans ce même texte, Al Badil al chouyouii al taharrouri donne le nom de plusieurs organisations composant le Mouvement du 14 mars et, parmi les forces aux côtés desquelles elle dit vouloir œuvrer en son sein, elle cite les Forces libanaises, dont les milices ont massacré en 1982 4 000 Palestienien-ne-s et Libanais-es du camp de Sabra et Chatila avec la bienveillance de l’armée israélienne commandée alors par le général Sharon.

Dans ce texte encore, Pierre Gemayel, petit-fils du fondateur du Parti Kataëb, lui-même dirigeant de ce parti et figure du Mouvement du 14 mars, assassiné à l’automne dernier, est qualifié d’« homme de liberté ». Gemayel était du côté des exploiteurs, du gouvernement et de l’impérialisme.

Tout cela est consultable sur le site web d’ Al Badil al chouyouii al taharrouri.

Nous avons alors dit à Al Badil al chouyouii al taharrouri que nous comprenions qu’il ait vu dans les manifestations du Mouvement du 14 mars, des opinions contradictoires, et que parmi celles-ci on trouvait des opinions de gauche. Il est clair que ce mouvement a contribué à chasser l’armée syrienne qui occupait depuis de longues années le Liban et faisait régner la terreur chez celles et ceux qui contestaient sa position dominante. Pour autant, il s’agissait de faire la part des choses et ne pas être a-critique sur la nature politique du Mouvement du 14 mars et des forces rétrogrades qui le dirigent. C’est précisément ce qu’ Al Badil al chouyouii al taharrouri refuse de débattre.

Par ailleurs, il est faux de laisser penser qu’Alternative libertaire reproche à Al Badil al chouyouii al taharrouri de s’opposer au Mouvement du 8 mars dominé par le parti religieux Hezbollah fondamentaliste, prosyrien et antisémite. On ne trouvera nul reproche dans nos textes publiés dans notre mensuel comme sur notre site envers cette prise de position. Pour autant, nous pensons que tous les ennemis de nos ennemis ne sont pas nécessairement nos amis et que les principales forces politiques du Mouvement 14 mars sont aussi infréquentables que le Hezbollah, et ce même si elles ne défendent pas le même projet de société.

Enfin, Al Badil al chouyouii al taharrouri nous reproche de la menacer, en cela que nous voudrions inciter les autres organisations libertaires à rompre avec elle. Elle cite à cet effet un autre extrait de notre lettre du 8 février 2007 : « Loin de nous l’idée de vous dicter votre ligne politique. Nous souhaitons toutefois avoir avec votre organisation un débat sur plusieurs points. Sans clarification forte de vos positions et/ou si nous constations que l’écart politique entre nos deux organisations est celui que nous redoutons, cela signifierait simplement que ce lien privilégié entre Alternative libertaire et Al Badil al chouyouii al taharrouri n’a plus de sens. Mais au-delà de ce constat, ayez conscience que cela signifierait probablement la rupture des liens avec la quasi-totalité des organisations qui se réclament du communisme libertaire ou de l’anarcho-syndicalisme dans tous les pays du monde ».

Là encore, la démonstration tourne à la caricature. C’est nous accorder beaucoup de pouvoir que de nous penser capables d’influer à ce point sur la décision de telle ou telle organisation libertaire de par le monde, et c’est faire preuve de naïveté de laisser croire que ces dernières se plieraient à nos injonctions.

Notre formulation était peut être maladroite, pour clarifier les choses nous réaffirmons qu’en parlant de « rupture », nous avons seulement voulu signifier qu’à nos yeux, les prises de position d’Al Badil al chouyouii al taharrouri sur la situation politique libanaise constituaient une véritable rupture avec notre conception de l’éthique et du combat libertaires et que notre opinion risquait d’être partagée par d’autres pour les mêmes motifs. Ni plus, ni moins.

D’ailleurs, nous avons tenu depuis plusieurs mois et jusqu’à aujourd’hui à ne pas étaler nos désaccords sur la place publique, en tout cas tant qu’il nous semblait possible de discuter et d’avancer ensemble dans un débat d’idées.

A ce jour, nous constatons que nos questions n’ont pas reçu un début de réponse politique et nous le regrettons. Al Badil al chouyouii al taharrouri ne nous explique toujours pas en quoi Pierre Gemayel était un « homme de liberté » et comment elle peut se dire « aux côtés » des partis du Mouvement du 14 mars dont les racistes et fascisantes Forces libanaises.

Nous savons qu’Al Badil s’efforce depuis des années de promouvoir les idées communistes libertaires au Liban et dans le monde arabe, dans des conditions difficiles. Pour autant, il nous semble qu’un tel projet politique est indissociable d’un effort de cohérence politique, et que cela passe par la construction de positions, de luttes politiques et dans le mouvement social, et de cadres d’action indépendants de l’État, de la classe dominante et des partis institutionnels.

Nous ne prétendrons jamais détenir la vérité et encore moins faire la leçon à qui que ce soit au Liban comme ailleurs. Nous nous contentons d’exprimer nos désaccords et d’en mesurer les conséquences. En revanche, nous ne pensons pas que l’on règle des désaccords politiques par le silence ou la caricature des positions de celles et ceux qui pensent différemment.

Alternative libertaire, le 20 mars 2007

 
☰ Accès rapide
Retour en haut