syndicalisme

Air France : les salarié-e-s se serrent les coudes

Version imprimable de cet article Version imprimable


[Reportage photo] Chaude ambiance le 22 octobre, à deux pas de l’Assemblée nationale : au moins 5.000 personnes, parfois venues de loin, ont témoigné de leur solidarité avec les salariés d’Air France mis à pied dans l’affaire des chemises déchirées.

« Nous sommes partis à 6 heures du matin des Côtes d’Armor pour être là à temps ! » Ce sont quatre ambulanciers syndiqués de Guigamp, venus avec l’union locale CGT.

Ils ne sont qu’un des multiples groupes venus s’entasser sur la place Édouard-Herriot, à Paris 7e. La préfecture avait autorisé le rassemblement ici, estimant que la place pouvait contenir 5000-7000 personnes, ce qui était bien assez. Or l’espace est plein comme un œuf.

Reportage photo : Guillaume/AL Montreuil

La CGT est massivement présente : Air France et Aéroports de Paris bien sûr, mais aussi des paquets de militantes et de militants de Renault, Peugeot, SNCF, Hôpitaux, Poste, Communaux...

Solidaires est là aussi, avec la diversité de ses structures : SUD-Aérien en premier lieu, mais aussi Solidaires-Industries, SUD-PTT, Solidaires-RATP, Solidaires-Etudiants...

Autour : des groupes FO, Unsa, des syndicats catégoriels. Tiens, bizarrement, la CFDT était absente (?!).

Çà et là, des pétards éclatent, on se passe des sandwiches (il est 13 heures), un groupe d’ouvriers chante Tomber la chemise, de Zebda.

LO est là aussi, ainsi que le NPA, le PCF, le PG et Alternative libertaire, dont une équipe distribuait un tract et des autocollants de circonstance. Inutile de dire que ces derniers sont partis comme des petits pains.

Guillaume Davranche (AL Montreuil)

Cliquez sur l’image pour commander un paquet d’autocollants
 
☰ Accès rapide
Retour en haut