Antifascisme

Auch : Il neige des œufs sur le Front nazional

Version imprimable de cet article Version imprimable


Une petite centaine de personnes, ce matin du dimanche 12 février, pas mal de jeunes, personne n’a sorti de badge, il y avait une poignée de PCF, de Verts, d’Alternatifs, de Solidaires et d’AL.

Du coté facho, une vingtaine. La moyenne d’âge : 70/75 ans, des difficultés pour gravir les marches conduisant à la salle et aller entendre Marine Le Pen.

En face de la salle, nous avions accroché une bâche plastique noire sur laquelle était écrit : « la marine nazionale au désamiantage ». J’ai été étonné de ne voir que 4 ou 5 flics arriver vers 10 h 15, quand la « fillote nazionale » est arrivée, des copines et des copains ont organisé un lancer d’œufs, cela devient une tradition par chez nous.

Beaucoup de raffut (musique, chansons anti-FN, klaxon, cris...) pour gêner les auditeurs, qui paraît-il, n’ont pas apprécié (les sonotones étaient au maximum !).

Sur les lieux, le commissaire de la sécurité publique, et le chef de cabinet du préfet sont venus nous expliquer que dans le Gers, les manifs se déroulaient en général dans une ambiance bon enfant, mais que quand même le lancer d’œufs les inquiétait, il pourrait y avoir un accident ! (Sûr ! Si nous avions lancé des œufs durs...)

Pour la fin, pour « nous protéger », deux camions de CRS pas aussi « cool » que les locaux. Ils nous ont refoulés pour empêcher la suite du concours départemental de lancer d’œufs (qui a continué malgré tout).

Un des CRS les plus âgés (le chef) se pavanait avec une bombe lacrymo.

Je n’ai pas pu suivre la suite, une jeune fille lanceuse d’œufs s’est fait alpaguer par les policiers, qui ont barré les rues vers le commissariat. J’ai eu une altercation avec un facho, je l’ai tant fâché et, vu son âge, il s’est mis à gueuler qu’il ne savait plus où il avait garé son auto. M’enfin avec de tels individus, le Gers en 39/45, cela ne devait pas être la joie, heureusement il y avait aussi une résistance gersoise, il y avait pas mal d’exilé(e)s espagnol(e)s.

Louis Miguel (AL Auch)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut