Cinéma : La pépinière du désert de Laurent Chevallier

Version imprimable de cet article Version imprimable


Aussi surprenante que le titre, est l’initiative de Moustafa Gaga, Driss, et bien d’autres : faire revivre une région désertique. Si la tournure prend un air quelque peu miraculeux, il ne faut pas s’y laisser prendre. C’est jour après jour que l’association Atadamoun tente de construire, à Mengoub, un lieu de vie autonome, autosuffisant.

C’est une année de cette expérience, dans la région orientale du Figuig, au Maroc, que le documentaire nous fait vivre. A travers le quotidien de Mustafa, nous découvrons son petit village : une minuscule école, une mosquée, quelques habitations, et l’atelier de la pépinière.

L’objectif de la pépinière est d’élever une barrière de végétation, pour bloquer l’avancée du sable, qui dévaste d’année en année la région, et de faciliter la culture du sol pour permettre de faire vivre la région. La partie n’est pas gagnée. L’eau n’est qu’entre cinq et dix mètre de profondeur, mais comment l’extraire ? L’électricité, ce n’est pas possible : la première ville est à 15 km de distance. La Mazout ? Trop cher, et surtout il rend dépendant, ce que ne souhaitent pas les habitants de Mengoub. Le vent, pourrait donc devenir leur source d’énergie principale, mais le sable qu’il transporte inlassablement use le matériel, déjà trop rare. Pourtant, tout au long du film, tourné entre 2006 et 2008, les pépiniéristes misent sur leur éolienne, qu’ils élèvent et fixent au sol avec les moyens du bord.

Aujourd’hui, « Ca avance, mais ça avance doucement » nous dit Laurent Chevallier. Une épicerie a été construite, fournie uniquement avec les produits de Mengoub. La barrière verte souhaitée d’une vingtaine de kilomètre, peine à pousser ; il est difficile de trouver des plantes qui résistent au chaud comme au froid, ainsi qu’au sable. Mustafa Gaga, cependant reste optimiste. Et puis ils ne sont pas tous seuls. En France, l’association Solimadou, soutient son association sœur au Maroc. Sans conteste, ce film est à la fois prenant et surprenant, il nous invite à penser l‘autonomie alimentaire, même dans une région où celle-ci pourrait paraître impossible.

Marine (AL Montpellier)

Laurent Chevallier, La pépinière du désert, Documentaire, 1h30min, sortie le 19 janvier 2011.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut