Classiques de la subversion : Guérin, « De l’Oncle Tom aux Panthères noires »

Version imprimable de cet article Version imprimable


De l’oncle Tom aux Panthères noires a été écrit au retour du séjour de Daniel Guérin aux États-Unis durant les années 1947 et 1948. L’ouvrage est une remarquable analyse de la ségrégation aux États Unis, des différents mouvements de lutte contre cette ségrégation, le tout ponctué des expériences de l’auteur pendant son séjour.

L’analyse du préjugé raciste que fait Daniel Guérin est purement matérialiste : il s’explique historiquement et économiquement. Dès le début de l’ouvrage, l’auteur combat l’idée que le racisme serait un concept « idéaliste ». Il le définit comme une « superstructure, c’est-à-dire, le reflet dans la conscience humaine des conditions matérielles produites par la société ». Le régime ségrégationniste américain et le racisme qui en est son idéologie naissent avec l’esclavage. « Le préjugé racial fut créé et nourri pour justifier, à chaque étape, l’exploitation de la main d’œuvre de couleur ». L’esclavage est un système de production répondant aux nécessités économiques de la colonisation.

Pour Guérin, le potentiel révolutionnaire des noirs aux États-Unis est évident. Ce potentiel ne pourrait cependant être mis en œuvre que par une union avec les forces prolétaires blanches. Une courte expérience à la fin de la guerre de sécession, lors de la période de la reconstruction a révélé ce potentiel. Les États esclavagistes du sud ont été reconstruits et gouvernés par des conseils populaires où prolétaires blancs et noirs faisaient une expérience de démocratie directe en collectivisant les terres. La bourgeoisie du Nord a fait en sorte de briser cette dynamique révolutionnaire. Le meilleur moyen pour le capitalisme de prospérer était de diviser le prolétariat en exaltant le préjugé racial afin de s’assurer une main d’œuvre docile.

Daniel Guérin revient sur les différentes expériences de lutte de la communauté noire aux États-Unis, du gradualisme avec le NACCP – mouvement tenu essentiellement par l’élite noire – aux Black Panthers – expérience marxiste léniniste – en passant par le séparatisme de Marcus Garvey et des Muslims. Il passe au peigne fin ces mouvements pour en déceler les apports intéressants et les erreurs à ne pas refaire.

Outre l’apport historique de cet ouvrage – l’analyse marxienne de la ségrégation – on ne peut s’empêcher d’être frappé par l’actualité du sujet. Dans une période où l’idéologie dominante se démène pour stigmatiser une partie du prolétariat, il est nécessaire de ne pas perdre de vue que seules nos conditions économiques nous rassemblent pour lutter contre le capitalisme.

Flo (Montpellier)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut