Poliique

Jean-Marc Rouillan : Pas de prison pour des paroles

Version imprimable de cet article Version imprimable


Jean-Marc Rouillan a été condamné le 15 mai dernier à 18 mois de prison. La prison pour des paroles !

On peut critiquer l’avis qu’il exprimait à propos de ceux qui ont massacré des centaines de personnes à Paris le 15 novembre 2015. Il est même évident que beaucoup ne pouvaient que trouver choquants, voire révoltants, ses propos sur leur « courage ». Mais ce ne sont quelques secondes dans une heure d’entretien et Jean-Marc Rouillan dit aussi, plus longuement et explicitement, son rejet des idées au nom desquelles ces assassinats ont été perpétrés et du modèle de société qui va avec. Et surtout, doit-on enfermer toutes celles et tous ceux qui, à un moment donné, disent une idiotie ?

L’acharnement envers Jean-Marc Rouillan relève d’un choix politique dont la motivation est double : d’une part, continuer plus de 30 ans après, à tenter de briser un militant ; d’autre part, utiliser cet exemple dans la guerre sociale menée à coup d’état d’urgence, de lois d’exception, de répression et de violences d’état tous azymuts.

Alternative Libertaire réaffirme que Jean-Marc Rouillan ne doit pas retourner en prison. Il prépare aujourd’hui son recours en cassation. Cela coûte cher : Un soutien financier, auquel notre organisation participe, est organisé ; les chèques, à l’ordre du Secours rouge, sont à adresser à : Ibanez - Boîte Postale 110 - 75921 Paris Cedex 19.

Alternative libertaire, le 19 juillet 2017

 
☰ Accès rapide
Retour en haut