Evian 2003 - Plateforme de la CLAAACG8

Contre les saigneurs du G8 !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le G8 se déroulera les 1er, 2, et 3 Juin 2003 à Evian. Le G8 regroupe les gouvernements des 8 pays les plus riches et industrialisés du monde, il impose un ordre mondial au profit d’une minorité richissime et au détriment d’une immense majorité d’individu-e-s asservi-e-s et opprimé-e-s. Nous pensons qu’il doit exister entre les êtres humains des rapports autres que marchands, de domination, d’aliénation ou d’exploitation. La pollution, les gâchis des ressources naturelles, les écarts de richesses sont de plus en plus catastrophiques. La globalisation se traduit par une dégradation des conditions de vie, de travail et par un contrôle social renforcé. Le patronat, avec le soutien des Etats, prend l’offensive : destruction des services publics, régression du droit du travail, précarisation, flexibilité, licenciements, casse des acquis sociaux (sécurité sociale, retraites...).

Ce système capitaliste ne peut pas être réformé, car il conduit inéluctablement à ces effets. La rupture avec le capitalisme est à nos yeux la seule voie possible pour empêcher une catastrophe économique humaine et écologique.

Le capitalisme c’est la guerre

La guerre est un état permanent de la société, presque tous les domaines de la vie sociale sont soumis à la logique de la militarisation. Les lobbys militaro-industriels se servent du prétexte du terrorisme pour intensifier la guerre mondiale contre les pauvres, les exploité-e-s et toute forme de résistance à l’ordre capitaliste. Ils sont un des principaux moteurs de ce système. Si nous voulons stopper la machine de guerre il faut nommer, bloquer et attaquer ses responsables, ses logiques et ses structures. Au service des états et des capitalistes, l’armée réprime les luttes sociales et impose un ordre mondial qui opprime les peuples (Argentine, Algérie, Chine, Tchétchénie, Irak...).

La militarisation et la marchandisation de la société et des individu-e-s induit des rapports entre les personnes marqués par les inégalités, l’entrave des libertés fondamentales et l’oppression patriarcale. Les logiques capitalistes provoquent, en particulier, une globalisation et une régression de la situation des femmes dans le monde comme la précarisation massive, la marchandisation des corps ou la perte d’autonomie.

Le fait de circuler dans notre monde est réservé à celles et ceux qui en ont les moyens. Bien sûr pour les gens du Sud, les forteresses du Nord (Europe ou USA) ont des barrières à franchir quelqu’en soient les coûts humains : morts, racisme, discrimination etc… Ceux et celles qui arrivent à franchir les frontières, qui divisent les exploité-e-s et sont l’expression des nationalismes, vont devenir de la main d’œuvre surexploitée au plus grand bénéfice du patronat et des mafias (en particulier pour les personnes qui se prostituent). Mais dans les pays du Nord, la mobilité est aussi réservée à celles et ceux qui peuvent payer.

Autogestion, action et démocratie directes contre les Etats et le Capital

Faire entendre notre voix nous paraît d’autant plus nécessaire que, à la différence de beaucoup, nous remettons en question non seulement les effets mais aussi les causes de la globalisation : le capitalisme, ainsi que l’étatisme et le parlementarisme qui enferme les populations sous une tutelle les empêchant de disposer d’elles mêmes, les asservissant à travers le salariat, la police et la magistrature, mais aussi en favorisant toutes les formes d’aliénation, religieuses, sexistes, racistes ou homophobes...

A un niveau jamais connu durant ces dernières années, se développent des expériences d’auto organisation et d’action directe, de refus de plus en plus lucide et conscient de la délégation de pouvoir et des voies étatiques ou institutionnelles du changement social.

Nous pensons que ces mouvements peuvent converger sur ces trois éléments fondamentaux :
- Le refus de la délégation de pouvoir et notamment de la voie étatique du changement social
- l’auto-organisation et l’autonomie du mouvement social sur des bases antiautoritaires
- l’action directe révolutionnaire et la désobéissance sociale

En effet, la lutte des classes n’est pas morte ! Seule la lutte collective, dans nos lieux de travail et de vie, peut permettre la construction d’une force d’opposition réelle à l’offensive capitaliste.

Convergence des luttes anti-autoritaires et anti-capitalistes
CLAAAC G8 !

Les organisations signataires s’engagent à tout mettre en œuvre pour participer à la campagne anti-G8, aux collectifs et initiatives locales et régionales, au village alternatif, anticapitaliste et anti-guerre (VAAAG) ainsi qu’à la participation au cortège noir et rouge dans les manifestations de masse, à l’initiative « feu au lac » et à une initiative pour l’ouverture des frontières, le tout dans le cadre et les orientations du texte ci-dessus.

Signataires : Alternative libertaire, Anarchist Federation, Anarchist Youth Network, Antiauthoritarian Movement Salonika 2003, Collectif libertaire de Bordeaux, Confederacion General del Trabajo, Confédération nationale du travail, Coordination anti-OMC / Anti WTO-Koordination, Fédération anarchiste, Federazione Anarchica Italiana, Federazione dei Comunisti Anarchici, Freie ArbeiterInnen Union - Schweiz - FAUCH, Red Libertaria Apoyo Mutuo, Réseau No Pasaran, Syndikalistiska Ungdomsförbundet, Organisation communiste libertaire, Organisation socialiste libertaire

 
☰ Accès rapide
Retour en haut