Tract AL

Cop 21 : une mascarade anti-écologique

Version imprimable de cet article Version imprimable


A l’approche du 21e sommet des chefs d’État consacré au réchauffement climatique (Cop 21) à Paris en décembre, les gouvernements multiplient les discours pour faire croire qu’ils sont déterminés à agir. Mais entre la défense de la planète et celle du système économique, le choix est vite fait. Aucun chef d’État ne fera quoi ce soit pour que ce sommet débouche sur des engagements concrets.

La grande farce des sommets climatiques

Au fil des Cop, les promesses s’accumulent, s’annulent, sans se réaliser. Des engagements sont pris, mais « non contraignants », et les États continuent à subventionner les pollueurs, qu’il s’agisse de multinationales privées ou d’empires énergétiques nationaux.

Parallèlement, les seules « solutions » proposées sont celles qui sont profitables au capitalisme  : mise en place de taxes timides (mais dont sont toujours exemptes l’agriculture ou l’aviation), mise en vente de permis d’émission de CO2 qui encouragent la spéculation, l’accaparement des terres, et ne servent parfois même pas à financer la transition énergétique.

Manifestation interdite le 29 ?
Nous y serons quand même


Affiche disponible en deux formats (A1 et A2)
A commander sur la boutique en ligne d’AL.

Les discours grandioses masquent mal la triste réalité : en France, une baisse de 100 millions d’euros est annoncée dans le budget du ministère de l’Écologie, et 400 postes y seront supprimés. Également en baisse constante depuis 2012 : l’aide publique au développement (APD), qui doit pourtant servir à encourager la transition énergétique dans les pays en développement.

Contradiction, ou vraie conviction anti-écologique ? Royal et Macron ont accordé trois nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux à des entreprises qui attendent la remise en cause du moratoire sur les gaz de schiste.


PDF du tract à télécharger

Et comment croire un gouvernement qui promet de se bouger pour l’écologie mais qui, en même temps, relance la construction de l’aéroport inutile et dévastateur de Notre-Dame-des- Landes ou qui invoque l’ordre et la défense nationale pour contrôler les frontières pendant le mois précédant la Cop et empêcher ainsi les militantes et militants écologiques de rejoindre le contre-sommet ?


Les sponsors (français) de la Cop21.
Bolloré, Michelin, Accor, Carrefour... que du beau linge.

Refusons la mascarade de la Cop 21

Les négociateurs de la Cop 21 ne feront qu’accompagner la fuite en avant. Dans la version quasi définitive du texte d’accord à négocier, qui a fuité début octobre, il n’y a ni objectif chiffré de réduction des gaz à effet de serre ou de la consommation de combustibles fossiles, ni plan de transition vers les énergies renouvelables…

Les États vont donc s’engager sur des promesses sans contenu, et qui en plus ne concernent que l’après 2020, voire 2030 ! L’accord est si faible qu’il risque bien de faire l’unanimité, pour que les gagnants habituels de ces sommets pseudo-écologiques soient encore les lobbys industriels : grandes firmes agroalimentaires qui étendent l’agriculture intensive, multinationales de l’énergie et des transports qui souillent gratuitement la planète, l’air et les paysages.

Le système capitaliste impose, avec toujours plus de répression, l’injustice sociale et écologique. Pour le mouvement social il est temps de réagir, et de voir au-delà de la comédie de la Cop 21.

Face à l’urgence écologique,
Alternative libertaire appelle à
manifester à Paris le 29 novembre !

Bandeau A4 en PDF à télécharger et imprimer pour collage

Accéder au quatre-pages argumentaire d’AL

Dessin : Frits Ahlefeldt-Laurvig

 
☰ Accès rapide
Retour en haut