Ecologie

Des condamnations très lourdes pour les opposants au TAV

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis plus de 20 ans, des militant-e-s s’opposent à la construction d’une ligne à grande vitesse (treno ad alta velocità, ou TAV) devant relier Lyon à Turin. Ce grand projet inutile serait une catastrophe en termes de destruction de la nature et de ravages écologiques.

Certains tunnels seront creusés sur des gisements d’uranium et d’amiante, qui auront pour effet de répandre des poussières de ces minerais dans l’atmosphère de la vallée. D’autre part, de nombreuses expropriations sont prévues pour la construction de la voie ferrée, notamment de terres agricoles.

Des sommes folles pour un projet inutile

Il est démontré que ces travaux vont coûter une fortune aux populations locales, alors même que la ligne ferroviaire déjà existante pourrait être mieux et plus utilisée, notamment pour assurer le transport ferroviaire de marchandises qui aujourd’hui effectué en camions pollue considérablement. Chaque mètre du TAV coûte 158.000 euros ! Ce sont autant de fonds publics qui sont détournés au profit des mafias et des spéculateurs et qui ne sont pas utilisées pour les services publics.

Vingt ans de contestation

Une très forte contestation n’a jamais cessée depuis le début du projet ; elle s’est traduite par des manifestations rassemblant plusieurs milliers de personnes, mais aussi par l’occupation de terrain du Val de Suse ou bien encore par des actes de résistance et de sabotage des chantiers imposés à la population locale.

Ce mouvement regroupe à la fois des militant-e-s de la vallée, mais aussi des personnes de toute l’Italie ainsi que des collectifs en France. Il est devenue une lutte de référence pour tout le mouvement social italien durant ces 20 années de luttes.

Une forte répression de l’État italien

Cette lutte a toujours subit une très forte répression de la part de l’État italien. Durant ces années, plusieurs militant-e-s NO TAV ont été arrêté-e-s, avec une grande fureur de la part de la magistrature italienne. Même si les accusations de terrorisme ont été abandonnées, l’État continue de cibler continuellement le mouvement No-Tav, criminalisant chaque manifestation.

C’est une véritable stratégie à l’encontre des militant-e-s politiques, associatifs et syndicaux en Italie, qui se répand dans toute l’Europe et à travers le monde. 48 militant-e-s No Tav ont récemment été condamné-e-s à l’équivalent d’un total de 140 ans de prison et à des amendes de plus de 100.000 euros pour la participation à des manifestations qui se sont tenues entre le 27 juin et le 3 juillet 2011. C’est une condamnation politique, dans le but d’intimider.

Crédits image Rebellyon.info

Des luttes écologistes toujours plus réprimées

Partout dans le monde, des mouvements populaires se lèvent contre ces grands projets inutiles, à la ZAD du Testet en France, contre des projets de barrages, de centrales, d’aéroports, et de tout un projet de société industrialo-productiviste que veulent nous imposer le capitalisme et les Etats.

Très récemment en France, un camarade a perdu la vie, tué par une grenade explosive des milices policières. Ce camarade aurait pu être n’importe le-la-quelle d’entre nous. Rémi est mort en défendant une zone qui doit être transformée en barrage pour satisfaire des projets agricoles industriels au Testet, preuve que l’état et les grands société capitaliste non que peu de considération ni pour la vie humaine, ni pour la nature.

  • Pour l’arrêt du projet inutile de ligne à grande vitesse Lyon/Turin et ses conséquences mortifères sur les humains et la nature !
  • Pour l’arrêt de tout les grands projets inutiles !
  • Pour l’abandon des poursuites et la liberté pour les militant-e-s NO TAV et tout-e-s les prisonnier-e-s politiques !
  • Arrêt du pillage de nos territoires !
  • Contrôle direct des territoires par les communautés !
  • Manifestation unitaire massive NoTav le 21 février 2015 à Turin
  • Solidarité internationale !

Signataires :

  • Alternativa Libertaria/FdCA (Italie)
  • Alternative Libertaire (France)
  • Organisation Socialiste Libertaire (Suisse)
  • Collectif Communiste Libertaire Bienne (Suisse)
  • Libertarian Communist Group (Pays de Galles)
  • Workers Solidarity Movement (Irelande)
  • Melbourne Anarchist Communist Group (Australie)
  • Zabalaza Anarchist Communist Front (Afrique du Sud)
  • Coordination des groupes anarchistes (France)
 
☰ Accès rapide
Retour en haut