antiracisme

Devant le commissariat de Paris 19e, on se bat pour Shaoyo Liu

Version imprimable de cet article Version imprimable


[Vidéos] Après Amine Bentounsi, après Adama Traoré et tant d’autres. Shaoyo Liu (56 ans), abattu chez lui, devant sa famille, est une victime de plus de l’insécurité policière. Des camarades d’AL Paris nord-est ont participé à la protestation (violente) devant le commissariat de Paris 19e.

On ne connaît pas encore tous les détails du meurtre de Shaoyo Liu, commis lundi 27 mars dans le quartier Curial mais, d’ores et déjà, la famille conteste formellement la version des policiers mis en cause, et deux enquêtes sont ouvertes, par le 2e DPJ et par l’IGPN [1].

Le témoignage des filles de Shaoyo Liu.

Protestation devant le commissariat de Paris 19e

Dans la journée plusieurs rassemblements assez spontanés devant le commissariat ont eu lieu d’une dizaine à une vingtaine de personnes, presque exclusivement issues de la communauté chinoise.

Le soir, un rassemblement était appelé par la famille.

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées lundi soir devant le commissariat de Paris 19e rue Erik-Satie. Des bougies avaient été disposées en mémoire du défunt. La manifestation s’est soldée par des affrontements avec la police.

A partir de 18h30 des jeunes ont commencé à se rassembler sur la place Francis-Poulenc devant un cordon de CRS bloquant l’accès au commissariat. Toutes les chaînes d’infos étaient présentes.

Le rassemblement, en fin d’après-midi.
cc Picho Micho/AL Paris nord-est

Des gens moins jeunes, en famille, les commerçants du coin ont continué à se rassembler, majoritairement de la communauté chinoise, mais pas seulement. Un certain nombre d’habitantes et d’habitants du quartier sont venus en solidarité. Un mouvement qui s’est accéléré vers 20h, avec des gens venus de l’extérieur du quartier.

Une banderole demandant la justice et dénonçant le fait d’être tué par la police chez soi. Quelques tracts sur le même thème. Une ou deux affiches faisaient le lien avec Adama Traoré. Aucune prise de parole, et de rares mots d’ordre repris collectivement (hormis l’habituel « Tout le monde déteste la police »). Des fleurs blanches étaient déposées autour d’un arbre.

A 21h30, le rassemblement a culminé à 250-300 personnes, avant les premiers départs.

A la nuit tombée.
cc Picho Micho/AL Paris nord-est

Un peu plus tard les CRS se sont regroupé sur les carrefours entourant le quartier, à environ 300 mètres. Puis, vers 22 heures, ils ont commencé à provoquer pour disperser les restants : gaz, coups de matraques, bousculade, pour repousser la petite foule loin du commissariat.

Charpentier (AL Paris nord-est)
Photos et vidéos : Picho Micho

Les CRS gazent.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut