Dico anticapitaliste : Qu’est-ce que le plan « Vigipirate » ?

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque mois, un mot ou une expression passée au crible (par Paquito).

[*Qu’est-ce que “ le Plan Vigipirate ” ?*]

En 1995, l’élection présidentielle oppose Lionel Jospin à Jacques Chirac. Après quatorze années de « socialisme » et trois ans de gouvernance Balladur, la France attend sans doute des déclarations fortes et, le démographe Emmanuel Todd susurrera à l’attentive oreille chiraquienne la fameuse « fracture sociale » qui permettra à « Supermenteur »(rappelez-vous, les Guignols) d’accéder enfin, le 17 mai de cette année, à la présidence française… Un peu plus de deux mois après cette élection, le 25 juillet, une première bombe explose dans le RER, station St-Michel. S’en suivront plusieurs autres bombes qui feront plusieurs dizaines de victimes.

Rapidement, on incrimine les terroristes fondamentalistes musulmans et le GIA (il ne faut pas oublier que nous sommes en pleine terreur salafiste en Algérie à ce moment-là) et non moins rapidement, le pouvoir réinitialise un plan datant de 1978 censé protéger les citoyens : le plan Vigipirate.

Créé sous la présidence Giscard d’Estaing, ce plan comprend quatre niveaux d’alertes, du jaune à l’écarlate, ce dernier stade étant supposé : « prévenir le risque d’attentats majeurs, simultanés ou non, pouvant utiliser des modes opératoires différents et provoquer des effets dévastateurs, et mettre en place les moyens de secours et de riposte appropriés ; des mesures particulièrement contraignantes peuvent être mises en œuvre. Niveau écarlate : prévenir le risque d’attentats majeurs, simultanés ou non, pouvant utiliser des modes opératoires différents et provoquer des effets dévastateurs, et mettre en place les moyens de secours et de riposte appropriés ; des mesures particulièrement contraignantes peuvent être mises en œuvre. » Bref, on peut raisonnablement considérer derrière ce Novlangue très realpolitik, que le niveau écarlate, c’est les chars dans les rues…

La France n’avait pas assez d’un article 16 de la constitution, permettant de concentrer les trois pouvoirs législatifs, exécutifs et judicaires dans les mains d’un seul homme…

Le gros avantage pour le pouvoir c’est qu’avec ce plan, depuis juillet 2005 et les vagues d’attentats à Londres, il est toujours au niveau rouge, ce qui suppose, très tranquillement, d’avoir des militaires, FA-MAS en sautoir, se promener dans les rues des grandes villes françaises. Sous couvert de protection de la population et alors que, bien souvent, ces militaires, qui ne sont pas assermentés et ne peuvent donc contrôler l’identité de personne et se déplacent sans gendarmes ni policiers -eux ayant le « pouvoir » de le faire. Autrement dit, c’est bien la présence de l’armée dans le pays qui est banalisée et, à terme, on peut supposer, l’extension de ses pouvoirs jusqu’au contrôle des populations. Vigipirate, c’est surtout vigipopulo !

1. http://www.sgdn.gouv.fr

 
☰ Accès rapide
Retour en haut