Dossier 1917 : Anarcho-syndicalistes dans les comités d’usines

Version imprimable de cet article Version imprimable


À partir du printemps 1917, un second pôle libertaire concurrence la Fédération anarchiste communiste. Marqué par la culture syndicaliste révolutionnaire occidentale, il cherche à émanciper les organisations ouvrières de la tutelle sociale-démocrate.

Pendant trois mois, la Fédération anarchiste communiste (FAC) a été le seul groupement libertaire sérieux à Petrograd. Mais à partir de mai, avec le retour des exilés, se constitue un pôle concurrent : l’Union de propagande anarcho-syndicaliste (UPAS).

Daniil Novomirski
Animateur de syndicats révolutionnaires en Ukraine en 1906-1908, il est le père fondateur de l’anarcho-syndicalisme russe et même l’inventeur du terme. En 1917, de retour d’exil, il rejoint le comité éditorial du Golos Trouda.

Ses iniateurs – Efim Yartchouk (31 ans), Bill Chatov (30 ans), Voline (35 ans) et Alexandre Schapiro (35 ans) – sont les héritiers des pionniers anarcho-syndicalistes des années 1907-1908 (lire ci-contre), mais leur vrai dénominateur commun est d’avoir milité dans le mouvement syndicaliste révolutionnaire en Occident.

Plusieurs d’entre eux ont fait vivre Golos Trouda La Voix du travail »), organe de l’Union des ouvriers russes aux États-Unis, qui compte environ 10.000 adhérents. Très inspirés par la CGT française et par les IWW états-uniens, ces militants goûtent fort peu le spontanéisme et l’insurrectionnalisme à tout-va de la FAC.

Pour eux, les perspectives ne sont pas encourageantes. Voline est dépité par l’infériorité numérique et organisationnelle des anarchistes par rapport aux bolcheviks. « Notre retard est irréparable, confie-t-il à quelques camarades. C’est comme si nous avions à rattraper à pied un train express qui, en possession des bolcheviks, se trouve à 100 kilomètres devant nous et file à 100 kilomètres à l’heure. » Il faudrait un miracle. « Notre devoir est de croire à ce miracle, conclue Voline, et de travailler à sa réalisation. » [1]

Bill Chatov (1887-1938)
Militant des IWW durant son exil aux États-Unis, cet anarcho-syndicaliste coanime Golos Trouda en 1917. Il devient, courant 1918, une des figures anarchistes ralliées au pouvoir communiste.

Vite rejoints par le vétéran Daniil Novomirski, les anarcho-syndicalistes se lancent donc dans l’édition en russe des brochures syndicalistes révolutionnaires d’Emile Pouget, Fernand Yvetot ou Christiaan Cornelissen, et vont à la rencontre des comités d’usines. Ils y recrutent un jeune partisan qui a pris part aux Journées de février et jouera bientôt un rôle pivot parmi eux : Grigori Maximov (24 ans). En août, ils lanceront une nouvelle série de Golos Trouda, qui exercera une influence non négligeable dans les milieux ouvriers conscientisés.

L’UPAS suit de près l’action des comités d’usine, dans lesquels elle a identifié une dynamique similaire à celle du syndicalisme révolutionnaire : enracinement sur le lieu de production, action directe, tendance à l’autogestion. C’est là que vit l’activité ouvrière la plus féconde, devant les soviets et, surtout, devant les syndicats que mencheviks et bolcheviks sont en train d’échafauder à toute vitesse sur le modèle social-démocrate : inféodés à leur parti.

L’autogestion ne résout pas le marasme

Le 20 mai, la conférence des comités d’usine de Kharkov, où les anarchistes sont influents appelle à « prendre en main la production, la sauvegarder, la porter à son maximum » [2]. Elle est suivie, du 30 mai au 5 juin, par la conférence des comités d’usine de Petrograd qui, avec 236 entreprises représentées [3], fait le point sur la situation économique.

Celle-ci est alarmante : la pénurie de charbon est générale, les transports ferroviaires sont erratiques, la productivité chute, le patronat licencie et ferme. Dans ce contexte critique, la plupart des usines reprises en autogestion végètent. Pire : elles se font concurrence pour se procurer le peu de combustible dispo­nible.

Seuls les délégués anarchistes – Justin Jouk donne Schlüsselbourg en exemple – exhortent à multiplier les expropriations. La conférence ne les suit pas et se limite à prôner le con­trôle ouvrier, sans remettre en cause la propriété capitaliste. Mais les mencheviks, qui prônent le « contrôle ­d’État », sont également mis en minorité. En conclusion, afin d’encourager l’entraide entre les entreprises sous contrôle ouvrier, la conférence désigne un Conseil petrogradois des comités d’usine. Maximov y est élu, bien entouré de bolcheviks [4].

Guillaume Davranche (AL Montreuil)


Au sommaire du dossier :


[1Voline, La Révolution inconnue t. 2, Entremonde, 2010, page 18.

[2Maurice Brinton, « Les bolcheviks et le contrôle ouvrier », Autogestion et Socialisme n°24-25, septembre-décembre 1973.

[3Marc Ferro, La Révolution de 1917, Albin Michel, 1997, page 956.

[4Maurice Brinton, « Les bolcheviks et le contrôle ouvrier », Autogestion et Socialisme n°24-25, septembre-décembre 1973.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut