Dossier antifascisme : La Conex, une coordination nationale contre l’extrême droite

Version imprimable de cet article Version imprimable


Il est urgent de construire et coordonner les mobilisations contre l’extrême droite, en France comme à l’échelle européenne. Après la présentation du réseau VISA le mois dernier, voici un point sur la constitution d’une coordination rassemblant diverses initiatives antifascistes.


Les autres articles du dossier :
- A Lyon, les fachos prennent leurs aises
- Ils ne frappent pas au hasard
- La mobilisation antimariage pour tous, parenthèse enchantée de l’extrême droite


Le 16 février dernier, à l’initiative de Vigilances et initiatives syndicales antifascistes (VISA) et après plusieurs mois de discussions, une quinzaine d’associations et de collectifs antifascistes locaux ou régionaux se sont constitués en Coordination nationale contre l’extrême droite, (Conex), avec une déclaration commune  : «  Face à l’extrême droite et son idéologie, la contre-offensive unitaire est une urgence  !  »

Appel unitaire

L’appel, qui pointe le danger de l’extrême droite, mais aussi les responsabilités de la droite et de la gauche au pouvoir, est explicite  : «  (…) les mobilisations contre les politiques anti-sociales sont donc nécessaires, mais il nous faut aussi créer les conditions d’un large front antifasciste unitaire qui soit un bouclier efficace face à la résurgence de toute forme de fascisme ! (…) Nous appelons tous les collectifs, réseaux, associations et syndicats qui partagent cette inquiétude et qui ont à cœur de participer à cette bataille à nous rejoindre. Nous encourageons aussi la création de structures unitaires antifascistes dans toutes les régions. Notre unité dans l’action sur des objectifs communs est une nécessité vitale pour ce combat décisif  !  ». Cet appel insiste donc sur la nécessité de créer un large front antifasciste dans une dynamique unitaire, comme ce fut le cas dans les années 1990, notamment avec la création des collectifs Ras l’Front et des mobilisations antifascistes qui ont culminé avec la manifestation antifasciste de Strasbourg en 1997 contre le congrès du FN qui a rassemblé 60 000 personnes.

Un large rassemblement

Déjà, le fait de rassembler au sein d’une même coordination des groupes de sensibilités différentes est un premier pas encourageant et depuis, d’autres groupes ont rejoint la Conex. Les 14 premiers signataires sont  : les collectifs RL’F de Rouen, Grenoble, Voiron, Grésivaudan, Justice & Libertés de Strasbourg, le Collectif de vigilance Lyon/69, les Collectifs de lutte antifascistes de Rennes et de Reims, les Collectifs antifascistes d’Avignon et de Paris-Banlieue, le collectif de Saint-Denis/93 contre le FN et l’extrême droite, la Horde, VISA, Mémorial 98.

Concrètement, la Conex a réalisé un premier tract diffusé à l’occasion des manifestations syndicales du 1er mai et appelant à l’action avec le monde du travail, contre l’extrême droite [1]. Et d’autres initiatives sont prévues pour structurer et renforcer cette coordination.

Par ailleurs, dans le contexte actuel de crise et face à la montée de l’extrême droite en Europe, il faut également évoquer le manifeste antifasciste européen. Une première rencontre est prévue à Athènes, où sévit le parti néo-nazi Aube dorée, dans le cadre de l’Altersummit du 7 au 9 juin.

Gabriel L (AL Paris Nord-Est)

[1] Disponible sur www.visa.org.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut