Écosse : Groupe Praxis : « construire un pouvoir populaire »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Praxis est un jeune groupe communiste libertaire écossais. À Glasgow, ses membres militent beaucoup dans les associations de quartiers. Nos camarades irlandais du Workers solidarity movement (WSM) les ont interviewés.

WSM : Que faites-vous à Glasgow ?

Praxis : L’an dernier, plusieurs d’entre nous ont monté un centre social visant à organiser les habitantes et les habitants des quartiers localement [1]. Ce centre a lui-même permis de lancer trois associations de quartier et d’aider à en monter une autre. […] Nous avons aussi lancé un journal spécifique pour les habitantes et les habitants, qui est distribué dans les épiceries, les points presse et les bibliothèques municipales. […]

En ce moment, on essaye de créer un mouvement dans le quartier de Maryhill pour s’opposer à la « gentrification » [2] en montant par exemple des associations de locataires […]. À l’échelle de la ville, nous nous efforçons de développer une fédération des associations de quartier […]. Avec le temps nous espérons qu’une [telle] organisation pourrait se battre pour plus de transports publics, pour plus d’espaces verts et de logements. […]

WSM : Quel but poursuivez-vous en faisant cela ?

Praxis : En Ecosse, les autorités locales ont beaucoup de pouvoir, surtout dans les grandes villes comme Glasgow. […] Il nous faut développer ce genre d’organisation de masse capable de mettre la pression à ces autorités pour obtenir de véritables avancées de classe. […] [Par exemple] il y a fréquemment des luttes contre les compagnies publiques et privées [qui gèrent les transports publics]. Elles sont rarement connectées aux luttes des quartiers […]. C’est un échec structurel du mouvement ouvrier […]. Liées à une stratégie municipale de contre-pouvoir au sein de nos quartiers, ces luttes pourraient [au contraire] permettre d’accumuler les victoires. […]

C’est notre travail en tant que révolutionnaires non pas de dire aux gens de se battre plus, mieux et plus vite dans des campagnes sans fin qui n’aboutissent à rien […] mais de nous impliquer dans nos quartiers et nos lieux de travail pour construire un pouvoir populaire. Construire ce pouvoir populaire veut dire essayer de monter des associations de quartier pour des améliorations spécifiques, puis s’organiser en coalition et en réseaux, puis enfin en fédérations. […] Ces larges fédérations pourraient […] arracher des concessions aux autorités, et même au final constituer un double pouvoir. On comprend parfaitement cela quand il s’agit d’un lieu de travail, mais on s’enflamme beaucoup moins pour les quartiers et leurs habitants, sans même parler de créer des liens au sein d’un vrai mouvement ouvrier entre les lieux de vie et les lieux de travail. Il est grand temps que ce genre d’initiatives se mettent en place.

Traduction par Rémi (AL Paris Sud)

Publié initialement dans la revue irlandaise Red & Black Revolution, octobre 2007. Lire l’intégralité (en anglais) sur www.wsm.ie.

Pour plus d’informations (en anglais) voir : http://praxisglasgow.wordpress.com

[1Saorsa Centre, 674 Pollokshaws Road, Glasgow.

[2Gentrification : processus de réhabilitation d’un quartier qui conduit à en chasser les classes populaires par hausse de la valeur immobilière et des loyers.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut