Editions Béton ArméE : Oui, le papier peut trancher

Version imprimable de cet article Version imprimable


Pour résister à l’hégémonie culturelle des classes dominantes, le collectif éditorial Béton ArméE publie des livres fleurant bon la fierté de classe et l’esprit rebelle des quartiers populaires.


Cet article est issu d’un dossier spécial sur l’éducation populaire


L’hégémonie culturelle est un concept développé jadis par Antonio Gramsci, militant marxiste italien interné sous Mussolini, autour d’une interrogation prégnante sous le fascisme et qui peut se poser ainsi : « Pourquoi le peuple est-il le plus souvent du côté des classes dominantes ? » Gramsci donne une explication : l’hégémonie culturelle des classes dominantes, qui véhicule l’idéologie dominante et détourne les exploités de leurs intérêts propres. Aussi insiste-t-il sur l’importance pour les révolutionnaires de ne pas déserter le terrain culturel.

Regarder du côté de Gramsci aujourd’hui aide à comprendre l’ampleur des reculs militants dans les quartiers populaires. Nous constatons, au fil des restructurations néolibérales, la destruction des solidarités ouvrières. Or ces dernières permettaient l’existence d’espaces de sociabilité, relationnelle et affective, autant dire d’espaces culturels pour mener une bataille idéologique face aux classes dominantes.

Comment remédier à cela ? Prêcher la bonne parole dans les milieux populaires, c’est bien. Aider matériellement les milieux populaires à créer leurs propres espaces culturels, c’est mieux. On n’éduque pas le peuple, on aide à créer des espaces où le peuple s’auto-éduque.

« La nourrir sans la conduire »

Parmi les espaces de culture militante issus des milieux populaires, on peut citer l’expérience du collectif Béton arméE, qui publie des livres aux éditions BboyKonsian. En août 2012, sa déclaration d’intention disait : « Cette collection a pour but de rendre accessible aux mondes enragés des paroles de quartiers, des rêves de rupture, des mémoires de luttes, des analyses critiques sur et en provenance de toutes les rues, usines, chantiers, charters et prisons, marges et territoires de chasse du pouvoir. Parce que nous ne voulons pas participer à cet ordre des choses, mais le détruire, parce que, pour cela, il faut cesser d’être divisés et nous organiser librement. Parce qu’une puissance ingérable émerge des quartiers populaires et que nous voulons continuer à la nourrir sans la conduire. »

Dans la collection Béton arméE sont parus, entre autres :

  • un roman documentaire du chercheur indépendant Mathieu Rigouste, Le théorème de la hoggra. Histoires et légendes de la guerre sociale (2011)
  • un recueil de poèmes du rappeur Skalpel, Fables de la mélancolie (2012)
  • un recueil de textes sur le travail, Le Charbon (2014)

« Pour faire croire à ton chef que tu veux juste le gifler avec. Et lui faire découvrir alors comme le papier peut trancher. »

Nico Pasadena (AL Montreuil)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut