Edito : Face à la bête immonde

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mi-janvier, la principale force d’extrême-droite se réunira en congrès à Tours. Marine prendra sans aucun doute la succession de Jean-Marie et assumera l’héritage paternel sans problèmes.

Plus à droite encore, le groupe néo-fasciste des identitaires, à coup d’apéro «  saucisson-pinard  », progresse au point d’envisager de présenter un candidat aux présidentielles de 2012.

Il y a une vingtaine d’années, la jeunesse, unie en tant que catégorie sociale, «  emmerdait le Front national  ». Aujourd’hui on peut constater que les réflexes et stéréotypes racistes ont malheureusement fait des progrès parmi la jeunesse et les travailleurs, plus particulièrement dans les régions dévastées par la crise économique.

La banalisation des idées et des «  propositions  » du F-Haine tient pour beaucoup à la prise en charge décomplexée des thèmes et du programme d’extrême-droite par les partis institutionnels et le gouvernement. Preuve en sont les dérapages contrôlés d’Hortefeux ou la récente et infâme «  croisade  » anti-Rrom du pouvoir sarkoziste.

Face à la bête immonde, le mouvement social doit réagir fortement. Deux événements convergents prouvent que c’est possible  : une manifestation antifasciste unitaire est prévue le 15 janvier à Tours et un appel de syndicalistes est paru contre la politique xénophobe

Alternative libertaire - janvier 2011

 
☰ Accès rapide
Retour en haut