Edito : Socialo Circus

Version imprimable de cet article Version imprimable


Décidément, à chaque période de gouvernement «  socialiste  », nous avons droit à un spectacle d’équilibro-contorsionisme qui ferait rougir de jalousie tout artiste de cirque. On se rappellera avec nostalgie le coup du droit de vote des étrangers promis sans relâche de 1981 à 2012… Mais comme tout artiste qui se respecte, le PS sait se renouveler  : cette année un tout nouveau numéro intitulé «  la retraite à 60 ans  ».

Certes, le numéro mit du temps à se mettre en place. Rappelons-nous qu’il avait fallu l’attention bienveillante de plusieurs millions de manifestants et manifestantes en septembre 2010 pour que le PS finisse enfin par se déclarer pour le retour à la retraite à 60 ans. Cette courageuse prise de position sous la pression de la rue avait toutefois permis d’enterrer dans les archives du mouvement ouvrier la revendication des 37,5 annuités de cotisation  : ce serait bien 41,5 années au moins  !

Cette fois, c’est parti  ! Au début de l’été une «  conférence sociale  » permettra aux «  partenaires sociaux  » d’apprécier le nouveau numéro «  social  » qu’on nous annonce grandiose  : maintien de l’âge de départ à la retraite à 62 ans, augmentation de la durée de cotisation à 44 ans, la désindexation des pensions sur l’inflation…

Alors bien sûr, on ne peut passer sous silence un soupçon de plagiat  : quand Henri Emmanuelli invoque la «  biologie  » (France Info, 26 février 2013), ça ressemble bien au discours que la droite nous matraque depuis plus de 30 ans. On n’a pas le choix, c’est la nature  !

Mais n’oublions pas que rien n’est jamais gagné  : l’artiste se remet en cause à chaque fois devant son public, jusqu’à ce qu’un jour celui-ci rejette les vieux numéros éculés et se mette à lui jeter les pavés qu’il mérite.

Alternative Libertaire, le 27 mai 2013

 
☰ Accès rapide
Retour en haut