Édito : Travailler plus, gagner moins

Version imprimable de cet article Version imprimable


De la main gauche, Macron promet une carotte aux salarié.es  ; de la droite il leur fait les poches.

Ses premières mesures, des plus symboliques, ont profité aux riches : allègement de la taxation sur les revenus du capital, rabotage de l’ISF, divisé par cinq pour «  améliorer le quotidien  » des 330 000 Français les plus fortunés, et surtout baisse de 25 % de l’impôt sur les sociétés en cinq ans.

Et les autres alors  ? Avant l’été, le gouvernement expliquait que la baisse des cotisations sociales bénéficierait aux salarié.es  : 250 euros en plus par an pour une ou un smicard. À la rentrée, bis repetita : la suppression des cotisations sur les heures supplémentaires devrait rapporter«  200 euros de plus par an » au dit smicard. «  Et en même temps  », Macron rogne sur les APL, les allocations familiales et les pensions de retraite, qui n’augmenteront que de 0,3 %, sept fois moins que l’inflation !

Chaque baisse d’impôt ou de cotisation sociale, sape l’édifice de la Sécu et des services publics. La ou le smicard qui touchera 450 euros de plus en un an, perdra bien davantage en parallèle  : l’assurance maladie remboursera moins  ; l’assurance vieillesse réduira ses pensions  ; l’assurance chômage indemnisera moins, il y aura moins d’accès à la santé, à l’éducation, aux transports...

Moralité  : travaillez plus pour que... la bourgeoisie gagne plus  ! Cette arnaque fondamentale n’est pas que macroniste, elle procède de tout un système  : le capitalisme.

Alternative Libertaire, le 27 août 2018

 
☰ Accès rapide
Retour en haut