Editorial : La tête ailleurs

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les élections passent et se ressemblent. Voilà la France toute de rose vêtue. Le sommet reste pourtant bien bleu horizon mais bon, il faut croire à la « victoire-de-la-gauche-qui-gagne ». À Europe-écologie on verdit de plaisir, tandis qu’au Front de gauche on se réjouit d’avoir plumé la volaille NPA. Bien sûr l’abstention reste ultra-majoritaire, bien sûr le Front national a marqué des points indéniables, pas forcément en nombre de voix, mais gageons que cela suffira à galvaniser des militants frontistes rassemblé autour de « Marine ».

Mais enfin « l’espoir refleurit »… Et il faudrait y croire ? Les régions socialistes sont pourtant bien celles qui financent l’enseignement privé et inondent d’argent frais les boîtes qui licencient, non ? Chut, chut, chut ! Peu importe, Mme Royal est de nouveau présidentiable, enfin ! Voilà de l’info, voilà de la politique avec des vrais morceaux de « réalisme » dedans.

Les élections passent et se ressemblent… leur utilité réelle ? Une diversion rassurante au moment où il faudrait mettre toutes les énergies militantes au service du mouvement social. Des luttes il y en a. Des grèves à mener aussi. Un mouvement d’ampleur à bâtir pour sauver les retraites des griffes capitalistes ? Aussi !

Il est urgent que les militantes et militants anticapitalistes et révolutionnaires cessent de lorgner vers 2012 et de se préoccuper de leurs petites combinazione électorales pour mettre les deux pieds dans les luttes. Et vite. Nous le redisons ici, il n’y a qu’un débouché aux luttes : leur victoire. C’est ce qui doit rassembler et mobiliser aujourd’hui prioritairement les collectifs militants, les syndicalistes de lutte. Au boulot et évitons d’avoir la tête ailleurs.

Alternative libertaire, le 26 mars 2010.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut