Éducation nationale : des élections piégées

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les élections professionnelles se sont déroulées dans l’Éducation nationale du 13 au 20 octobre. Avec les nouvelles règles de représentativité, le ministère espérait liquider les organisations syndicales les plus remuantes. Raté… malgré un déroulement catastrophique.

Le critère de représentativité annoncé par le ministère était simple : obtenir l’un des 15 sièges du Conseil technique ministériel, CTM, nouvellement mis en place lors de ces élections [1]. Perdre sa représentativité – sur ce seul et unique critère – c’était perdre des droits syndicaux élémentaires (comme le dépôt d’heures d’information syndicale) et des moyens de fonctionnement, vitaux pour les petits syndicats de l’Éducation nationale. Au sortir de ces élections, on peut donc être soulagé de voir que tant Sud-Éducation que la CGT-Éduc’action (dont plusieurs syndicats peuvent être classés à gauche de la direction confédérale) conserveront leurs droits et moyens en obtenant le précieux sésame du siège au CTM (voir le tableau des résultats). C’est ce qui permettra aux nombreux syndicats départementaux de ces organisations de maintenir une activité de terrain.

Mais ces élections auront été marquées par leur organisation lamentable. Luc Chatel avait en effet opté pour le vote électronique pour les presque un million d’électeurs concernés par les différents scrutins - CTM mais aussi CT académiques et les nombreuses CAP et CCP [2] nationales, académiques et départementales.

[*Cataclysme numérique*]

La mise en place du vote électronique avait été confiée à une entreprise privée dirigée par… Thierry Breton (ancien PDG de France Télécom et ministre de l’Économie du gouvernement Raffarin) ! Si le principe même du vote électronique est contestable, son organisation aura été proprement hallucinante. Lors du scrutin, organisé dans la précipitation, les avaries et irrégularités ont été nombreuses et on a même vu des candidats et candidates ne pouvant pas voter pour « raisons techniques » !

Seul Sud-Éducation aura tenté jusqu’au bout du processus électoral de s’opposer – en vain – au vote électronique [3], allant jusqu’à refuser de sceller et desceller les urnes électroniques. Et, localement, des recours administratifs ont été déposés pour invalider certains scrutins.

[*Élargir l’audience des syndicats de lutte*]

Que tirer comme conclusion de ce scrutin ? Depuis la grande grève de 2003, de nombreuses équipes syndicales de lutte se sont constituées dans l’éducation nationale – principalement rassemblées dans Sud-Éducation, mais aussi dans la CGT-Éduc’action, dans les quelques syndicats et sections CNT-Éducation ou au sein des tendances Émancipation, voire École émancipée de la FSU. Le syndicalisme « majoritaire », voire hégémonique, tel qu’il est pratiqué dans l’Education nationale par les deux organisations FSU et Unsa – et hérité d’une histoire particulière – reste un frein important au développement des luttes. Son immobilisme est difficile à bousculer, d’autant que l’unité d’action – pourtant nécessaire – est laborieuse à mettre en place et tend trop souvent vers le moins disant ou le témoignage. Il appartiendra aux syndicalistes de lutte de trouver les moyens d’élargir leur audience et de construire réellement et concrètement l’alternative syndicale à partir de pratiques de terrains et de campagnes syndicales soutenues et rassembleuses.

Théo Rival (AL Orléans)

[*Conseil technique ministériel*]

Syndicat / Voix recueillies (%) / Siège(s) obtenu(s)

FSU / 141 914 / 40,62 % / 7

UNSA / 72 397 / 20,72 % / 4

FO / 35 22 / 10,09 % / 1

CFDT / 34 907 / 9,99 % / 1

CGT / 22 598 / 6,47 % / 1

SUD / 20 241 / 5,79 % / 1

[1À la différence du privé où c’est le score de 10% des voix recueillies qui est la condition pour être reconnu représentatif.

[2Commissions administratives ou consultatives paritaires, qui concernent les différents corps et statuts et dans lesquelles les élu-e-s du personnel sont censé-e-s défendre leurs droits face à l’administration.

[3voir le mini-site de ce syndicat dédié aux élections : www.elections.sudeducation.org

 
☰ Accès rapide
Retour en haut