Enseignement professionnel : Des lycées au service du patronat

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis des années, les milieux politiques et patronaux critiquent l’enseignement professionnel en lui reprochant son « inadaptation » et en l’accusant à tort d’être éloignée de l’entreprise. Il y a fort à parier que le gouvernement s’attaque à ce parent pauvre de l’Éducation nationale.

En France, le lycée professionnel n’est pas le seul établissement à préparer un diplôme professionnel (CAP, BEP et baccalauréat professionnel). En effet, les centres de formation d’apprenti.es (CFA), préparent également ce type de diplômes. En lycée professionnel, les élèves sont sous statut scolaire alors que dans les CFA, issus d’une convention entre les conseils régionaux et des partenaires privés (chambre de commerce et entreprises), ils sont en alternance sous contrat de travail (l’apprenti.e est salarié.e). C’est dans cette distinction que se trouve l’un des principaux enjeux concernant l’avenir des lycées professionnels.

Jurant lutter contre le chômage des jeunes, patronat, gouvernement et régions remettent en cause la voie professionnelle sous statut scolaire tout en promouvant et en finançant très largement le système d’apprentissage. Mais les raisons sont tout autres.

Régionalisation

Le gouvernement veut régionaliser l’enseignement professionnel afin de le placer sous le contrôle des régions et des organisations patronales. En lien avec les régions, le Medef prétend ainsi mettre la main sur la conception des diplômes, aujour­d’hui sous le contrôle des ministères de l’Éducation nationale et de l’Agriculture.

Cette régionalisation amputerait la voie professionnelle de l’Éducation nationale, rendant plus difficile pour les bacheliers et bachelières pro la poursuite d’études en BTS ou licence pro. Par ailleurs, les régions s’efforceront de réduire l’offre de formations dans les lycées professionnels tout en favorisant l’apprentissage, entraînant de fait une spécialisation des territoires et accentuant du même coup les inégalités entre ceux-ci.

Caesar (AL Saint-Denis)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut