Tract du Collectif Alternative libertaire Lille

Fascisme, racisme : hors de nos villes ! Hors de nos vies !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les 24 et 25 février, le Front National s’invite au Grand Palais de Lille pour le lancement de sa campagne présidentielle.

Fascisme, racisme : hors de villes, hors de vies !
Tract du collectif Alternative libertaire Lille pour la manifestation du 24/2/2007

Engagé sur le terrain électoral depuis son origine, le FN s’est peu à peu fait une place au sein de l’espace public. Certains veulent nous faire croire que son intégration dans le jeu politicien en a fait un parti aussi acceptable que les autres.

Fondé sur les bases de la collaboration et du nazisme, il s’est pourtant efforcé pendant toutes ces années de répandre la haine et le repli identitaire, profitant des crises économiques et sociales pour attiser la peur.

S’il prétend défendre les Français , il exclut en fait la majeure partie d’entre eux par le nationalisme, le racisme, le sexisme, l’homophobie et l’ultralibéralisme qui nourrissent son idéologie. Difficile alors de parler de « populisme »...

Parce que nous militons pour l’égalité, la solidarité, la diversité et la liberté, nous refusons la présence du FN, à Lille comme ailleurs !

Manifestation le 24 février à 14h30 Porte de Paris

Pire encore, et pour autant que son discours soit fasciste, il a servi de marche-pieds aux politiques anti-sociales et sécuritaires des gouvernements successifs, de droite comme de gauche. Son discours a donc fini par se banaliser, à tel point d’ailleurs que certains regretteraient de ne pas le retrouver dans la course aux présidentielles...

Comment peut-on craindre qu’un parti fasciste ne puisse s’exprimer dans une démocratie ? Question de liberté d’expression ? Ou simple question d’opportunité ?

Car, en attisant les peurs et les replis identitaires, sont favorisées des logiques de bouc-émissaires contre les immigrés, les chômeurs, les militants et tous les « sans ». Le développement de l’arsenal répressif de Sarkosy, danger réel pour les libertés individuelles et publiques, réalise ainsi une partie du programme de l’extrême droite en toute impunité !

Grâce aux actions soutenues de plusieurs organisations, le député UMP Vanneste a été jugé et condamné le 25 janvier pour avoir tenu des propos homophobes. Mais, exclu de son parti, il appartient aujourd’hui au CNI (Centre National des Indépendants), fraction héritière du poujadisme. Entre l’UMP et le FN, il n’y a qu’un pas !

Parce que les partis politiques jouent le jeu hypocrite de l’extrême droite, la lutte antifasciste s’engage dans la rue, pas dans les urnes !

Se mobiliser le 24 février est impératif, ce meeting ne doit pas se tenir dans l’indifférence générale ! Mais mobilisons-nous surtout au-delà pour la défense et la conquête de nos libertés !

Ensemble luttons contre tous les racismes, tous les fascismes !

 
☰ Accès rapide
Retour en haut