G8 à Evian : Construire une mobilisation anticapitaliste

Version imprimable de cet article Version imprimable


La mobilisation contre le prochain sommet du G8 (Evian 1er-3 juin 2003) continue. Les pièces du puzzle commencent à s’assembler... Au plan national français, deux logiques principales de mobilisation existent, de façon non concurrente.

« Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! » La première initiative est un collectif très large d’organisations, allant des libertaires au… Parti socialiste (!), en passant par les ONG les plus diverses. Ce collectif, avant tout parisien, s’est autoproclamé collectif national de préparation des mobilisations contre le G8, et mène diverses négociations de préparation de la manifestation.

Le Parti socialiste a fidèlement mis en œuvre la mondialisation capitaliste tant qu’il était au pouvoir. Il avait « courageusement » évité toute critique de Berlusconi au moment du sommet de Gênes et de l’assassinat de Carlo Giuliani. Il n’a d’ailleurs jamais critiqué le G8… puisque son chef de file y participait ! Sa présence dans le collectif est une véritable provocation. Elle ne soulève pour l’instant que peu de réactions, ce qui reflète la pauvreté des débats dans ce cadre.

De fortes personnalités et quelques réflexes bureaucratiques de militants de la gauche autoritaire ne facilitent ni la démocratie des prises de décision, ni la radicalité. On attend la version définitive du texte d’appel, mais il est peu probable, au vu des premières ébauches, qu’elle brille par sa radicalité.

Ce collectif a cependant l’avantage de fournir un lieu d’échange et de rassemblement.

Maintenant, on s’installe

La seconde initiative a été lancée par le réseau No Pasaran. Elle a été relayée au sein du collectif large, qui a décidé de la soutenir. Il s’agit de créer, juste avant le G8 et à proximité des lieux de mobilisation, un village alternatif, anticapitaliste et antiguerre (VAAG). Le but est d’occuper le terrain, physiquement, politiquement et médiatiquement ; de fournir un lieu de rencontre, d’expression, de débat et de visibilité à la gauche radicale, sur des bases anticapitalistes et anti-autoritaires.

Cette idée a rencontré un accueil très favorable. Les principales organisations libertaires francophones (Alternative libertaire, Fédération anarchiste, Organisation communiste libertaire, No Pasaran, Organisation socialiste libertaire, CNT-Vignoles, CNT-AIT), réunies à Lyon dans la Convergence des luttes anti-autoritaires anticapitalistes contre le G8 (CLAAAC G8) le 18 janvier ont décidé de soutenir activement la réalisation du village.

Des collectifs de préparation du village se mettent en place dans plusieurs villes. Ils se sont rencontrés une première fois à Lyon le 11 janvier. La préparation fait son chemin en rassemblant largement dans la gauche radicale. Rien n’est gagné, beaucoup d’inconnues et de problèmes logistiques demeurent. La question du lieu final n’est pas anodine, car elle déterminera largement la capacité à sortir du village pour occuper la rue par des manifestations et des actions directes.

C’est pourquoi la création de collectifs de préparation du village partout où cela est possible est plus que souhaitable : c’est nécessaire !

Deuxième étage de la fusée contre le G8 : la Suisse

Car localement, des choses très intéressantes se préparent également. En effet, les Suisses sont particulièrement remontés contre ce G8. Une large partie des participants au sommet (des milliers de personnes) vont être logés entre Genève et Lausanne, provoquant d’énormes perturbations dans la vie quotidienne des habitants. Des actions sont prévues pour protester contre cette invasion. Une grande soirée « Mettons le feu au lac », avec des feux de joie tout autour du lac et des lieux festifs est également annoncée.

Nous espérons pouvoir faire une utile et agréable jonction avec nos camarades helvétiques de l’Organisation socialiste libertaire. Tout dépendra des batailles idéologiques que nous aurons su mener au préalable pour maintenir les frontières ouvertes. C’est une question, par exemple, qui ne semble pas préoccuper le collectif large (les « mauvaises langues » disent que c’est pour ne pas mettre mal à l’aise le Parti socialiste et le Parti communiste, puisque le gouvernement Jospin s’était fait une spécialité de la fermeture des frontières lors de chaque sommet international…).

Le chaînon manquant

Il manque encore un étage à la fusée contre le G8 : la mobilisation internationale la plus large (c’est-à-dire au-delà de la Suisse et de quelques contacts individuels). Les libertaires commencent à s’y employer, puisque l’Organisation socialiste libertaire prépare un meeting international, et que les organisations françaises du réseau Solidarité internationale libertaire (Alternative libertaire, Organisation communiste libertaire, Réseau No Pasaran) projettent une rencontre internationale du réseau à l’occasion de cette mobilisation. Mais beaucoup reste encore à faire. Enfin, on ignore encore le lieu où se tiendra la grande manifestation unitaire contre le G8. À suivre.

Laurent Scapin (AL Paris Est)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut