Ille-et-Vilaine : Un cadre d’échange permanent entre syndicats

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’initiative de syndicalistes d’Ille-et-Vilaine de différents syndicats de se rencontrer pour créer une dynamique d’unité syndicale tournée vers l’action durable se construit et s’ouvre vers la population.

À l’initiative de militants et militantes CGT communaux en juin 2008, un appel de syndicalistes d’Ille-et-Vilaine a été écrit en collaboration avec des membres de plusieurs syndicats (FSU, Solidaires, CGT, participation de la CNT). Il est né du constat, largement partagé, des difficultés de construire des perspectives de mobilisation afin de résister aux attaques subies depuis plusieurs mois. Les UD des « syndicats représentatifs » du 35 se contentent, à la veille des manifestations, de définir le parcours et leur ordre d’apparition dans le cortège, sans autre perspective. L’initiative répond donc au raz-le-bol de celles et ceux qui en ont assez d’être baladé-e-s de journées d’action en journées d’action, éclatées et sans continuité...

Le tract-pétition, bientôt sur le web, introduit des revendications communes : salaires, pouvoir d’achat, emplois, protection sociale et retraite, garanties collectives, défense des services publics et de la fonction publique, libertés démocratiques et citoyennes. Cet appel veut rassembler le maximum de salarié-e-s, qu’ils soient du public ou du privé, pour faire converger les mécontentements et fédérer les revendications. Il veut dépasser le simple aspect pétitionnaire pour susciter, à tous les niveaux, dans tous les secteurs du salariat, des cadres d’échanges permanents.

Des camarades de la CNT ont participé à l’élaboration du tract mais ne l’ont pas signé étant donné qu’il ne s’adresse pas qu’aux salarié-e-s, mais aussi aux directions syndicales. À quelques jours de la diffusion à la manifestation du 7 octobre de l’appel, nous avons pu regretter que de nombreuses signatures promises par des militant-e-s CGT et FSU n’étaient pas au rendez-vous. Néanmoins, cette diffusion a permis de dialoguer avec d’autres militants et militantes et d’obtenir leur soutien. Aucune réaction de l’UD-CGT, qui préfère ignorer le fait que des militants et militantes de plusieurs de leurs sections adhèrent à cette initiative. Quant aux membres d’autres organisations, il y a encore peu de signatures (2 FO, 1 CFDT). Quelques syndicats CGT d’autres départements soutiennent la démarche, mais en invitant l’appel du 35 à rejoindre le conseil national de la résistance (qui appelle à la grève générale le 10 novembre 2008), ou à rejoindre l’appel aux états-majors syndicaux qui rassemble à ce jour 3 600 signatures sur le net.

La dernière étape en date a consisté le 22 octobre en une diffusion aux citoyens et citoyennes de cet appel devant la Banque de France (symbole en rapport avec la crise actuelle). Cinq journalistes (radios, télés et journaux locaux) étaient présents et ont interviewé les acteurs de cet appel unitaire. Les prochaines manifestations interprofessionnelles seront l’occasion pour les signataires de l’appel de faire une apparition collective et de provoquer une assemblée générale ouverte à tous et toutes pour débattre des moyens à mettre en oeuvre pour un mouvement constructif et différent.

Goulven (AL Rennes)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut