Communiqué AL

L’idéologie des intellectuels racistes de France a tué en Nouvelle-Zélande

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’homme qui a tué 50 personnes dans des mosquées de Nouvelle-Zélande a publié un manifeste pour expliquer son geste. Ses référence y sont, entre autres, le « grand remplacement », cheval de bataille raciste et conspirationniste de Renaud Camus et la défaite au deuxième tour de la présidentielle de Marine Le Pen.

Et quelle est la réaction de la majorité de la presse française et des éditorialistes ? Nous expliquer que c’est la crainte de l’islamisation qui a animé le tueur, donner la parole aux mêmes pompiers pyromanes. Scandaleux retournement de situation : les victimes deviennent les coupables et l’ont bien cherché, en existant. Un peu comme les femmes ou les homosexuel-les.

Pourquoi ne retrouve-t-on pas de condamnations unanimes comme pour d’autres crimes racistes ? Qui à gauche, va encore pouvoir expliquer que l’islamophobie est un fantasme ? Qu’il n’y a pas de racisme anti-arabes particulier ?

Le manifeste laissé par le terroriste Brenton Tarrant fait largement place (jusqu’au titre) à la théorie raciste du « grand remplacement », popularisée par le conspirationniste français Renaud Camus

Alternative libertaire affirme sa solidarité avec les victimes et les familles des victimes et son mépris pour la majorité de la presse et des intellectuel-les de France, pour leur complicité ou leur silence.

Alternative libertaire, le 17 mars 2019

 
☰ Accès rapide
Retour en haut