politique

Le 13e congrès d’Alternative libertaire se tient à Nantes du 3 au 5 juin

Version imprimable de cet article Version imprimable


Aujourd’hui, et pour trois jours, une centaine de congressistes d’AL sont réuni.es pour faire le point sur la situation politique et sociale un an après le mouvement contre la loi Travail, et alors que l’Uber-président nous promet un choc néolibéral.

Une bonne partie des débats du 13e congrès d’AL vont être consacrés au bilan du mouvement contre la loi Travail et à la période politique qui s’ouvre avec l’élection d’Emmanuel Macron.

Ce gouvernement promet une série de régressions sociales dont la première sera l’assaut contre le Code du travail à la hussarde, par ordonnances… Si cette stratégie du choc fonctionne, ce sera ensuite la promotion de l’auto-entreprenariat, la restriction de l’assurance chômage, la casse des services publics, etc.

L’enjeu est énorme pour l’ensemble du salariat, qu’il soit stable, précaire ou privé d’emploi.

AL fait cependant le pari que ce gouvernement est en réalité fragile. Sa base électorale est volatile ; sa base sociale est étroite ; il ne bénéficie pas de l’étiquette de gauche qui, trop souvent, intimide les mouvements sociaux et syndicaux. Nous pensons qu’il faut donc mettre à profit cette fragilité.

Face à cela, le mouvement social et syndical de lutte, affaibli par dix ans de défaites, est lui-même fragile. Pourtant, sa responsabilité est engagée. Et cette responsabilité, en tant que révolutionnaires, nous la partageons.

Au menu du congrès :

  • Orientation générale : un bilan des deux dernières années d’AL ; la nouvelle donne politique et sociale ; comment appréhender la montée de révoltes mi-réactionnaires mi-sociales (Brexit, élection de Donald Trump…) ; le durcissement sécuritaire du régime et l’attitude des révolutionnaires ; les enseignements du mouvement conte la loi Travail (action syndicaliste, convergence interpro, pratique des blocages, « grabuge »...) ; le travail à mener en direction des lieux de production ;
  • Orientation écologiste ;
  • Analyse économique ;
  • Réflexion sur les nouvelles technologies et engagement en faveur du logiciel libre ;
  • Réflexion sur l’expression publique d’AL.

Des ateliers thématiques sont également organisés autour du mensuel Alternative libertaire, du web d’AL, de l’activité entreprises et jeunesse, sur l’idée de « changer d’échelle » en termes de fonctionnement, sur la sécurité militante, sur l’activité féministe.

Alternative libertaire, le 31 mai 2017

 
☰ Accès rapide
Retour en haut