Les Chroniques du travail aliéné : « Il a transformé mon poste en gestion de toutes les erreurs » Marie-Christine.

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les chroniques du travail aliéné, par Aline Torterat, médecin du travail

Marie-Christine, manutentionnaire [1]

Ça fait vingt-cinq ans que je travaille dans cette entreprise, huit ans dans ce service-là, après des années de travail sur ligne… à la chaîne, quoi. Des années aussi de polyvalence. Je connais tous les postes de manutention. Là je suis à l’expédition, il faut charger, vider, charger à nouveau. Un boulot de mec. J’étais la deuxième femme à faire ça. On est correctement payé, je ne me plains pas.

Je suis en conflit avec mon chef de service, Monsieur Beau-Gosse, comme je l’appelle. Il ressemble à Alain Delon. On ne peut pas se voir. Il y a dix ans on avait fait grève à cause de menaces de licenciements, on était très nombreux à avoir suivi. Il a très vite demandé à tout arrêter. Il était délégué syndical et c’est le seul qui en a tiré du bénéfice… Depuis sa carrière s’envole. Il est partout, secrétaire du CHSCT [2] et compagnie ! Il a transformé mon poste en gestion de toutes les erreurs. Depuis les déclarations informatiques jusqu’aux problèmes de quantité ou d’étiquetage en passant par tout ce qui est tamponné « urgent ». On a toujours été en sous-effectif, alors c’est très très dur. En plus il me fait surveiller en permanence. J’ai des consignes différentes des autres, j’ai des nouveaux horaires, du coup je ne suis plus en pause avec les copains du service. Mon chefaillon me suit même aux toilettes pour ne pas que je m’attarde. Il me harcèle toute la journée. J’ai commencé à déprimer sérieusement et un jour j’ai fait une tentative de suicide. Je suis en arrêt de travail depuis six mois.

Avant, ce poste-là tournait, maintenant c’est toujours moi. Ça s’est gâté un jour où j’avais trouvé avec un collègue un support de travail sur internet pour le formulaire des douanes pour aller plus vite et éviter les erreurs de déclaration. Ça a fait un scandale, je me demandais bien pourquoi. Et la semaine dernière, le collègue avec qui j’avais mis ça en place a essayé de se mettre un coup de fusil. C’est sa femme qui l’a arrêté. J’ai appris qu’il le harcelait aussi. C’est terrible parce que je n’avais jamais fait le rapport entre nos ennuis et notre nouveau formulaire informatique pour les douanes. Et là, je me pose des questions, parce que des fraudes à cette échelle, ce n’est pas possible que la direction ne soit pas au courant. Au moins au courant, sinon plus… C’est très précieux ce qu’on charge. Je n’avais pas fait le lien.

[1Seul le prénom est modifié, le reste est authentique.

[2Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut