Les chroniques du travail aliéné : « Je joue sur les frais de transport… » (partie 1)




Les chroniques du travail aliéné par marie-louise michel, psychologue du travail


« Je joue sur les frais de transport… » (partie 1) Virginie, comptable, 41 ans [1]

Je stresse énormément. J’ai été convoquée par le médecin du travail à l’issue d’un incident. J’avais un petit peu bu au cours d’un voyage d’affaires et il y a eu une plainte de la part d’un chauffeur de taxi. J’ai une tendance. Dès que ça va de travers au boulot. Je me sens inutile, sous employée, quand c’est intéressant on confie la tâche à d’autres. Pourtant je parle toutes les langues dont ils ont besoin. Je suis bien payée mais je ne suis pas heureuse. J’ai toujours managé mais mon équipe a fusionné avec une autre, je me suis retrouvée au placard. Entre temps on a aussi changé de patron, celui-là est titilleux… .

Ça va mieux depuis que tous les cadres ont fait un stage de process com  [2], chacun a été défini par son caractère, lui c’est un «  travaillomane-persévérant  »… Je suis passée sous lui à la suite d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi… Je suis responsable support clients… Ça veut dire que je négocie les prix d’achat et de vente des produits finis. Je joue au maximum sur les frais de transport. On a gagné beaucoup. J’analyse tout et tous les mois, je serre. Mais une fois j’ai dit au patron « on se fait trop de beurre sur les transports », il m’a répondu « Je comprends que tu sois honnête, mais les auditeurs ne seront pas capables de voir ça. »… J’ai dit d’accord. Et encore c’est rien par rapport à ce qu’ils m’ont demandé par le passé. C’était la clôture fiscale fin mars, cette année-là on avait fait énormément de profit, beaucoup trop gros, et on a eu une facture qui tombait, pur profit… j’ai tout réglé avec le client par téléphone. Surtout pas d’écrit, ni mail ni rien… Ils ont «  oublié  » la facture jusqu’en avril. Et moi j’ai eu quoi  ? 0,5% d’augmentation, c’est tout. On n’a rien. Mais j’ai tout gardé à la maison, je me protège. Cette année, je leur ai dit « c’est niet  ! ». Parce que c’est sans reconnaissance…

Maintenant, je vois un psychothérapeute, je fais de l’hypnose et de la sophrologie et je vais aller en cure antialcoolique.

(à suivre)

[1Seul le prénom est modifié, le reste est authentique.

[2Abréviation de l’anglais «  process communication  » Système ayant pour objectif d’apprendre à faciliter les échanges entre personnes, notamment en entreprise.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut