Lire : CNT-FTE, « École, une révolution nécessaire »

Version imprimable de cet article Version imprimable


La Fédération des travailleurs et travailleuses de l’éducation de la CNT a 10 ans. C’est l’occasion de sortir un livre donnant la parole à celles et ceux qui font vivre au quotidien cette encore modeste fédération syndicale.

Si la plupart des militants et militantes d’Alternative libertaire du secteur de l’éducation privilégient l’action au sein de Sud ou de la CGT, nous côtoyons régulièrement des camarades cénétistes dans nos luttes communes et restons attentifs au développement de la CNT et du courant syndical qu’elle représente.

Ce livre est l’occasion d’en appréhender la variété militante.

Articulé autour de propos toujours libres et parfois discordants d’une quinzaine de militant-e-s tout corps et statuts confondus (primaire, secondaire, supérieur mais aussi enseignants, étudiants, personnels ouvriers ou de services), le livre brasse de nombreux thèmes, de la pédagogie aux luttes en passant par la construction du syndicat, avec, tout de même, une dominante certaine sur ce dernier point. Ce qui d’ailleurs surprend au vu du titre : École, une révolution nécessaire, qui laissait supposer un contenu plus « programmatique », axé sur la question de l’école et de son rapport à l’émancipation.

Paroles atypiques

Néanmoins on est parfois surpris à la lecture de ce recueil.

Si un certain sectarisme s’exprime vis-à-vis des fédérations Sud-Éducation et Sud-Étudiant notamment (taxés tour à tour de « réformistes », de « professionnels de l’outrance verbale », entretenant une « posture de révolutionnaires de pacotille »), l’ouverture donnée, au terme de l’ouvrage, par une table-ronde regroupant des militants Sud, PAS (Pour une alternative syndicale), Emancipation et CNT est rassurante.

Par contre, la question de la participation aux élections professionnelles apparaît nettement comme un point de crispation pour nos camarades cénétistes.

Mais certains et certaines envisagent désormais les décharges syndicales comme pouvant aider à la construction et au développement du syndicat.

On lit également parfois des paroles assez critiques sur la confédération CNT, qui dénotent, chez quelques militant-e-s, d’un désintérêt pour la mythification de la « glorieuse confédération ».

Enfin d’autres n’hésitent pas à évoquer un possible dépassement de la CNT, évacuant tout fétichisme et patriotisme d’organisation pour se concentrer sur l’essentiel : les pratiques et le projet syndical. Ces quelques paroles et la traversée de dix années de luttes et d’actions, du point de vue anarcho-syndicaliste, font de cet ouvrage un recueil qui vaut le détour.

Théo Rival (AL Vendôme)

  • CNT-FTE, École, une révolution nécessaire, éditions CNT-RP, 208 pages, 13 euros.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut