Lire : Génépi, « Passe muraille » n°15

Version imprimable de cet article Version imprimable


La revue bimestrielle Passe muraille, publiée par le Groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées (Génépi), assume une position inconfortable : le Génépi collabore avec le ministère de la Justice pour intervenir auprès des détenus (soutien scolaire, activités socioculturelles) et développe en même temps une réflexion critique sur le système carcéral et la politique judiciaire et sécuritaire.

Le Passe muraille de cet été consacre un dossier à la notion de surveillance, en lien avec les libertés individuelles et collectives. Deux longs articles analysent l’architecture carcérale et l’utilisation des nouvelles technologies (dans et hors la prison). D’autres articles font le point sur la situation du fichage policier en France, les lois antiterroristes et leurs utilisations actuelles, les fausses solutions à la surpopulation carcérale ou encore l’actualité de l’analyse de Foucault, trente-deux ans après son livre Surveiller et Punir.

La revue effectue également un retour sur le positionnement du Génépi en 1981, époque du premier grand tournant sécuritaire. La comparaison avec la situation actuelle éclaire le rapport entre la société et la prison, dont la fonction a beaucoup changé ces 30 dernières années ! D’une société qui voulait punir, nous passons à une société qui veut se protéger : elle gère désormais le risque criminel, plus que l’acte criminel. Il y a de quoi provoquer de nombreuses réflexions sur la façon de gérer les crimes et délits dans une société qui voudrait respecter les droits et libertés de tous et toutes ! Dommage toutefois que la perspective d’abolition de la prison ne soit jamais prise au sérieux, au moins comme hypothèse de travail, par le Génépi.

Renaud (AL Alsace)

Passe muraille n°15, juillet-août 2008, abonnement 30 euros (6 numéros).

• Génépi, 12, rue Charles-Fourier, 75013 Paris. www.genepi.fr

 
☰ Accès rapide
Retour en haut