Compilation

Lire : « MLF // Textes premiers »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Pour se remémorer, découvrir ou approfondir ce que furent les débuts du MLF dans les années 1970, il est bon de se plonger dans MLF-Textes premiers publié en décembre dernier par des militantes des premières heures du mouvement.

Ce recueil compile des textes, des tracts, des chansons, des jalons chronologiques mais aussi quelques affiches et dessins des premières années du MLF, entre 1970 et 1975. Cathy Bernheim, Liliane Kandel, Françoise Picq et Nadja Ringart ont choisi et présenté ces documents, historiques aussi bien au sens propre qu’au figuré. Des textes inconnus ou célèbres, du texte d’un groupe de travail du MLF exhumé d’un grenier aux articles du Torchon brûle, de Partisans ou des Temps modernes, en passant par la retranscription d’un tract pour une manifestation de solidarité avec les femmes en grève aux USA ou l’appel des 343 femmes déclarant avoir avorté en 1971 dans Le Nouvel Observateur.

Ces textes sont répartis en six grands chapitres reprenant des slogans ou des mots d’ordre célèbres de l’époque : « Un homme sur deux est une femme ! » ; « Prolétaires de tous les pays… qui lave vos chaussettes ? » ; « Une femme c’est fait pour souffrir » ; « Un mouvement complètement à créer » ; « Notre corps nous appartient » ; « Sisterhood is Powerful ».

Le foisonnement idéologique, l’imagination libératrice, la rage collective et la pertinence politique des ces textes font vraiment du bien à lire et l’on se prend à espérer qu’ils continuent d’alimenter nos luttes et notre expression actuelles. Libération sexuelle, exploitation domestique, viol, homosexualité, non-mixité, contraception et avortement, prostitution, solidarité internationale, violences, autant d’axes de reflexion et de lutte qui animent les féministes depuis quarante ans maintenant.

Le chapitre sur la construction du mouvement donne un éclairage intéressant sur ses tendances et ses dissensions, avec des textes comme « Les tendances contre le mouvement » mais aussi des coups de gueule humoristiques comme la « Lettre des arriérées de province ». Les introductions des chapitres ainsi que des encarts et des notes resituent le contexte, les actrices, les relations et le sens des revendications, des explications bien utiles, notamment pour les jeunes lectrices. Cet effort de transmission est plus que salutaire et la compréhension des élaborations des années 1970 ; complétée des problématiques peut-être plus présentes aujourd’hui qu’alors, trans – et intersexualité, (ré)assignation de genre, précarité, ne peut que nous aider à penser le féminisme aujourd’hui.

La lecture de ces textes premiers nous le confirme : nos luttes changent la vie entière !

Emilie B (AL Saint-Denis)

• MLF // textes premiers, 296 pages, Stock, 19 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut