Lire : Matt Kindt, « Super Spy »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Qui est Super Spy ? C’est l’un des espions de choc opérant durant la Seconde Guerre mondiale. Un acteur anonyme de l’Histoire. Mais aussi l’un des personnages principaux du livre de Matt Kindt, qui regroupe une quarantaine de récits d’agents secrets. Espions allemands, russes, américains… tout ce petit monde se cherche, s’évite et gravite autour du secret. Six espions se croisent dans différentes missions : codages, décodage et cryptographie sont au programme.

Ce qui est intéressant dans cet album, en plus de découvrir quelques techniques d’espionnage, c’est la densité des personnages. Nous ne sommes pas dans un James Bond où le gentil tourne le méchant en ridicule. Ici, ce sont des êtres humains qui font ce boulot par conviction ou par nécessité. Agent doubles, tueurs ou traîtres, ces hommes et ces femmes ne sont que les pions de quelques puissants qui n’hésitent pas à les sacrifier pour une information, une photo ou simplement pour les tester. Soldats par obligation, ils et elles ne sont pas fait d’acier : derrière leur habileté et leurs compétences hors du commun, ils doivent aussi faire des choix difficiles qui mettront ou non en danger des centaines de personnes.

Habitués à être appelés par des numéros ou des noms de code, ces agents s’exilent de la société humaine. Super Spy propose ainsi une réflexion sur la déshumanisation et la négation de l’individu par l’État. Ces espions très doués deviennent rapidement des instruments de mort, paranoïaques et tourmentés.

Ce livre, que l’on peut lire dans différents ordres selon le principe de cryptographie, est aussi une merveille graphique. Chaque chapitre ou récit est écrit et dessiné avec une technique et un style différent collant au mieux au sujet. Son dessin décomplexé et percutant donne au récit toute sa profondeur.

Thomas (AL Aix)

• Matt Kindt, Super Spy, Futuropolis, 2008, 336 pages, 23 euros.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut