Lire et visiter : Joseph Bartoli, Laurence Garcia, Georges Bartoli : La Retirada et Capa, Taro, Chim : La valise méxicaine

Version imprimable de cet article Version imprimable


Regards sur la guerre d’Espagne

Jusqu’au 30 juin se tient l’exposition La Valise mexicaine (Capa, Taro, Chim) - Les négatifs retrouvés de la guerre civile espagnole au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Cette valise du photographe Robert Capa, dont la trace avait été perdue lors de son exil au Mexique au début de la seconde guerre mondiale, a été retrouvée en 2008 à Mexico. Elle a ainsi pu livrer plus de 4500 négatifs de photographies, pour une très grande part inédites, prises entre 1936 et 1939 par Gerda Taro – tuée en 1937 lors la bataille de Brunete –, par David Seymour, dit Chim, et par Robert Capa. Ces trois photographes antifascistes juifs se sont engagé-e-s ensemble aux côtés des républicains et républicaines espagnol-e-s pour témoigner et pour dénoncer le fascisme. Leurs photos étaient principalement publiées dans les journaux communistes, d’où un point de vue qui occulte l’importance des anarchistes dans la guerre d’Espagne et certains aspects de la révolution sociale expérimentés à cette occasion. Mais ces milliers de photographies, à travers les portraits et les scènes de combat, représentent un témoignage vibrant et engagé qui inaugure aussi, avec l’utilisation du Leica, la naissance du photojournalisme.

À noter également en complément l’édition en deux volumes luxueux chez Actes Sud de La Valise mexicaine qui présente l’intégralité des films retrouvés, ainsi que des documents d’époque (journaux, magazines, revues) qui contextualisent ces photos et des analyses critiques.

Pour un autre angle de vue sur cette période, on pourra également lire La Retirada - exode et exil des républicains d’Espagne, recueil de dessins de Josep Bartoli paru en 2009 également chez Actes Sud. C’est son neveu Georges Bartoli et Laurence Garcia qui composent ce livre avec d’autres textes, des photos autour de l’œuvre graphique tourmentée de Josep Bartoli. Fondateur en 1936 du Syndicat des dessinateurs affilié à l’UGT (Union générale des travailleurs, lié au Parti socialiste espagnol), il combat avec le POUM sur le front d’Aragon en 1938.

Interné par la police française dans un camp près de Perpignan, où il réalise des dessins hantés et dénonciateurs, il parvient à s’enfuir et après l’invasion allemande et de nombreuses péripéties, il parviendra à se réfugier au Mexique. C’est là qu’il publiera son recueil de dessins sous le titre Campos de concentracion 1939-1940. À travers ce livre, c’est la mémoire vivante et douloureuse des rescapé-e-s de la guerre d’Espagne jeté-e-s sur les routes de l’exil qui resurgit.

Marcos Vega (AL Paris Nord-Est)

Exposition « La Valise mexicaine (Capa, Taro, Chim) - Les négatifs retrouvés de la guerre civile espagnole », jusqu’au 30 juin 2013 au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, Paris 3e

Joseph Bartoli, Laurence Garcia, Georges Bartoli, La Retirada  : exode et exil des républicains d’Espagne, Actes Sud, 2009

 
☰ Accès rapide
Retour en haut