Livre : Manuel Sirvent Romero, « Le Cordonnier d’Alicante »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Au travers de ses mémoires, éditées récemment grâce au travail de sa petite fille et aux éditions CNT-RP, le parcours de Manuel Sirvent Romero nous interpelle.

En premier lieu car ce militant (âgé de 20 ans en 1910), ouvrier cordonnier et autodidacte, fut un des nombreux artisans quasiment anonymes, bien que très importants, du mouvement libertaire espagnol, de ses balbutiements jusqu’au travail en exil. Son précieux récit nous plonge littéralement dans l’ambiance de l’Espagne prérévolutionnaire et nous aide a saisir l’ampleur du travail de construction effectué par les militantes et militants de la CNT et de la FAI qui, à l’instar de l’auteur, permirent de bâtir de puissants outils politiques et syndicaux en un temps très court malgré les innombrables aller et retours en prisons et les déportations imposés par l’autorité monarchique et plus tard républicaine.

Ensuite, parce que son auteur, ouvrier et autodidacte nous livre au fil des pages de nombreuses réflexions, claires et puissantes, issues de son travail quotidien tant sur le plan des mécanismes de l’exploitation que sur les rapports à la morale religieuse.

Du soulèvement fasciste à l’exil

Enfin, il nous aide à comprendre de manière précise les problématiques politiques et internationales parfois complexes qui se posèrent en Espagne, du soulèvement fasciste jusqu’à l’exil dans les camps de concentration français. Plus qu’un témoignage, cette autobiographie est assurément une excellente manière d’aborder la révolution et la guerre d’Espagne, tout en fourmillant de puissantes démonstrations très accessibles sur le capitalisme, l’État, le cléricalisme, le rapport à la production et au pouvoir. Elle fournit, en outre, de précieuses indications sur la manière d’agir des libertaires de l’époque, sur le plan syndical, politique et culturel.

Titou (AL Fougères)

  • Manuel Sirvent Romero, Le Cordonnier d’Alicante. Mémoires d’un militant de l’anarchisme espagnol (1889-1948), Éd. CNT-RP, 2017, 290 pages, 15 €.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut