Lutte : Un projet de reconversion d’une centrale à charbon

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les salarié.es de la centrale de Cordemais se sont lancé.es dans une grève reconductible pour défendre le projet de reconversion de la centrale au charbon en une centrale à biomasse.

L’État français a annoncé la fermeture d’ici 2022 des quatre dernières centrales à charbon. Cordemais et ses deux tranches de 600 mégawatts, près de Nantes, en fait partie. Le site emploie 400 salarié.es et fait vivre 800 emplois indirects. Depuis plusieurs années, le syndicat CGT de Cordemais, majoritaire, défend en alternative à la fermeture un projet de reconversion en une centrale biomasse.

Sous la pression syndicale, EDF a lancé une expérimentation, nommée Ecocombust, de production de granulés fabriqués à partir de déchets de bois locaux, qui sont habituellement jetés en déchetterie. « Trois campagnes d’essai ont été menées avec succès », souligne Gwenaël Plagne, délégué CGT. « Personne ici n’est climato-sceptique, précise Damien Mouille, délégué CFE Énergie. On a tous conscience que l’on ne peut pas continuer à fonctionner comme on le faisait. Mais on croit dur comme fer en ce projet ». [1] Les essais ont été effectués avec 80 % de biomasse et 20 % de charbon. Une expérimentation prouvant que la technologie Ecocombust est efficace sans charbon doit être menée au cours du premier trimestre 2019.

Pourtant Macron a affirmé le 27 novembre 2018 que la fermeture des dernières centrales à charbon françaises, dont celle de Cordemais, serait effective d’ici quatre ans. Le 11 décembre à l’appel de l’intersyndicale CGT-CGE Énergie-FO a été lancé une grève reconductible et les deux tranches charbon ont été arrêtées : « Le temps d’obtenir un avenir au site ». Les salarié.es ont bien l’intention de multiplier les actions. Le 17 décembre, ils et elles « ont paralysé le trafic des trains ainsi que le trafic routier au niveau du passage à niveau de Cordemais (…). Cette action s’est déroulée dans le cadre de la grève reconductible engagée depuis mardi 11 décembre dernier, qui donne suite à la manifestation à Paris jeudi 13 avec une réception par les directeurs de Cabinet dans laquelle nous avons eu une fin de non-recevoir à nos revendications » [2]

Jacques Dubart (AL Nantes)

[1Presse Océan, le 11 décembre 2018

[2Consulter le blog de la CGT EDF Cordemais

 
☰ Accès rapide
Retour en haut