politique

Marche des solidarités « Le racisme d’État tue » le 17 mars

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le samedi 17 mars à Paris, on marchera contre les crimes policiers et racistes, contre les politiques migratoires honteuse et pour la justice sociale. Départ à 14 heures de la place de l’Opéra, direction la rotonde de Stalingrad, où se tiendra un village associatif.

Face à la multiplication des violences policières, face à l’augmentation du nombre de morts ;

Face à la chasse, l’humiliation, le mépris dont sont victimes les noir.e.s, les arabes, les rrom, les migrant.e.s, les musulman.e.s, les jeunes et tou.te.s ceux et celles qui protestent et résistent ;

Nous, familles des victimes tuées, violées, mutilées, blessées ;

Nous, migrant.e.s chassé.e.s, torturé.e.s, traumatisé.e.s, harcelé.e.s ;

Nous, immigré.e.s humilié.e.s au quotidien par les forces de l’ordre et par les responsables de l’État ;

Nous appelons à la mobilisation générale contre l’impunité, pour la mémoire des défunts, contre toutes les discriminations, pour une société construite sur la justice, la vérité et la dignité de tou.t.e.s !



Pour que soit reconnue l’ampleur des discriminations exercées dans tous les domaines sur la base de l’origine et de la couleur : santé, emploi, logement, éducation…

Pour lutter contre le ciblage de la jeunesse et les quartiers populaires dans les médias et la discrimination au faciès par la police, la justice et le système carcéral.

Pour mettre fin à la politique d’un État colonial qui fait la guerre, qui refuse d’assumer son histoire et le droit des peuples à l’auto-détermination, qui gomme dans l’enseignement les résistances au colonialisme, les apports culturels et techniques des peuples non-européens et de leurs descendant.e.s, et qui soutient sans faille les dictatures et bourreaux du monde, pour peu qu’ils soient « de bons clients » des industries françaises ! Pour combattre le harcèlement raciste et la répression du pouvoir, l’acharnement politique visant à déshumaniser, écraser les migrant.e.s économiques et politiques qui arrivent dans notre pays.

Nous appelons à construire un front antiraciste, qui puisse, au-delà de cette manifestation, résister aux politiques sécuritaires et identitaires, et construire des réponses politiques et économiques.

Non a l’impunité de la police !!!

  • enquêtes sur les crimes policiers par des instances civiles et indépendantes,
  • de véritables sanctions contre les bourreaux en uniforme,
  • fin de la complicité entre police et justice, fin de la fabrique du non-lieu,
  • désarmement de la police et démilitarisation du maintien de l’ordre,
  • interdiction des techniques policières d’immobilisation mortelle,
  • abrogation de la loi de sécurité publique qui permet aux policiers d’utiliser leurs pistolets sans justifier leurs tirs,
  • fin des contrôles au faciès, du harcèlement policier (amendes et PV abusifs),
  • non à l’état d’urgence et aux lois d’exception.

Régularisation, bienvenue inconditionnelle aux migrant.es

  • ouverture des frontières,
  • liberté de circuler et de s’installer,
  • arrêt des pratiques systématiques de harcèlement et d’humiliation (gazage, tentes lacérées, expulsions immédiates de tous lieux occupés par les sans-papiers),
  • logement, formation, soins pour tous,
  • fin des rafles et des éloignements forcés,
  • non à l’application des accords de Dublin,
  • abandon du projet de loi Collomb-Macron visant à éliminer toute possibilité d’existence pour un sans-papier en France.

Non a la discrimination raciale et culturelle

  • égalité des droits dans l’accès au logement avec ou sans papier, l’emploi, la retraite, la formation et la santé,
  • droit des immigré.e.s à un logement décent, qu’il soit individuel ou collectif,
  • droit inconditionnel à l’hébergement stable avec ou sans papiers,
  • droit entier à la vie privée, droit d’héberger, droit de pouvoir maintenir ses pratiques culturelles de solidarité et d’entraide dans les foyers et résidences,
  • droit des immigré.e.s âgé.e.s de faire des allers-retours selon leur volonté au pays d’origine sans perdre leurs droits en France,
  • abrogation de la loi du 15 mars 2004 et de toutes les mesures islamophobes.

Premiers signataires : Réseau Sortir du colonialisme, FASTI, AFASPA, CRAN, Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), Survie, UJFP, BDS, Act-Up, Collectif d’organisation du 10 Mai, Collectif « Ni Guerre, Ni Etat de Guerre » , Le Paria, Femmes Plurielles, Collectif » J’y Suis, j’y vote » , Association des Anciens Appelés en Algérie Contre la Guerre (4ACG), FLNKS (Front de Libération Kanak et Socialiste), Jeunes du FLNKS, Association Jeunes Kanaky Monde, USTKE (Union Syndicale des Travailleurs Kanaks et Exploité.e.s), MJKF (Mouvement des Jeunes Kanaks en France), Solidarité Kanaky, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits humains au Sahara Occidental, (CORELSO),Association des Familles des Prisonnier-e-s et Disparu-e-s Sahraoui-es (AFAPREDESA),Association de la Communauté Sahraouie en France, Comité d’Action et de Réflexion pour l’avenir du Sahara Occidental, Association des Femmes Sahraouies en France, Ligue de la Jeunesse et des Etudiants Sahraouis en France, Association des Sahraouis en France (ASF), CDR (Comité de Défense de la République Catalane), Comité de Soutien au Peuple Basque (CSPB), Plate-forme Panafricaine, FTCR, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), UTAC, Collectif Faty Koumba, Compagnie Monsieur Madame, Campagne CDISCOM (Collectif de Défense de l’Intégrité et de la Souveraineté des COMORES), Association Culturelle des travailleurs Immigrés de Turquie, CDKF (Centre Démocratique Kurde en France, Charjoum (collectif arménien), Campagne Unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, Comité de Solidarité avec les Indiens d’Amérique, Union Pacifiste, Écologie Sociale, NPA, Alternative libertaire...

 
☰ Accès rapide
Retour en haut