Nantes : Les anticapitalistes de concert

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis début 2013, AL et le NPA se sont lancés dans la construction d’un front anticapitaliste à Nantes. Réunion publique, soirée ciné autour de la lutte des «  Conti  », et fin septembre un concert faisant la part belle aux musiciens engagés, marquent l’amorce d’un front politique résolument lutte de classes.

Les licenciements se multiplient dans l’agglomération nantaise  : fermeture programmée d’Alcatel, grandes difficultés d’Arcelor Basse-Indre, incertitude planant sur les chantiers navals de Saint-Nazaire et plans sociaux quotidiens chez ses sous-traitants. AL a fait le constat que très peu d’organisations se battaient sur cette thématique autour de laquelle, avec le NPA, nous avons donc déclenché une initiative unitaire.

Regard ouvrier sur les luttes

Le 12 avril, nous avons organisé une réunion publique contre les licenciements avec des camarades qui combattent les plans sociaux dans leurs entreprises. Ce meeting, animé par Philippe Poutou (NPA) et nos camarades Julien Gontier et Jean Yves Lesage a fait porter un regard ouvrier sur les luttes, loin d’une intervention d’intellectuels parlant au nom des ouvriers. Cette première initiative a permis à de nouveaux contacts de nous rejoindre, notamment les camarades de Voie prolétarienne ainsi que des personnes non organisées.

Dès juin, nouvelle initiative  : la diffusion du film La Saga des contis en présence de Xavier Mathieu, l’un des animateurs de la lutte dans l’entreprise de Clairoix. Avec plus de 150 personnes, nous avons échangé sur les batailles actuelles et sur les résistances à mettre en place pour lutter contre les fermetures d’usines. Ce débat nous a permis d’avoir une plus grande visibilité sur la ville.

Nous avons souhaité varier les modes d’interventions pour toucher un public plus large que les cercles militants traditionnels. Le clip de Kash Léone « Ça ne peut plus durer » nous a donné l’idée d’organiser un concert militant dont les bénéfices seront versés à une caisse de grève. Rappeur ouvrier de l’usine emblématique de PSA Aulnay, il était l’exemple d’une intervention politique au moyen d’un média alternatif  : le hip hop.

Rapidement, des groupes se sont engagés à soutenir notre démarche, les Nantais de Justin(e) et Santa Cruz, ainsi que les Rennais de Death or Glory. Nous avons également pu compter sur des rappeurs locaux avec le groupe Mezkador.

Concert entièrement autogéré

Le 28 septembre, le concert a été un succès, en termes de fréquentation avec plus de 200 entrées, mais aussi en terme d’ambiance et de convivialité. De même il était plaisant de voir des publics d’horizons musicaux différents se mélanger. Les différents groupes étaient satisfaits de leur concert, de notre accueil et de celui du public. Il faut également noter que ce concert était entièrement autogéré : le lieu – les Ateliers de Bitche – la cuisine, la sonorisation....

La bonne participation à ce concert nous a permis de constituer une caisse de grève qui sera utilisée en soutien à un combat contre les licenciements. Le front anticapitaliste naissant sera là pour soutenir et amplifier les résistances aux mauvais coups du patronat. Comme le dit Kash léone « Ça ne peut plus durer ». Nous on lâche rien et on ira jusqu’au bout !

Lulu (AL Nantes)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut