Nécrologie : Un dernier salut à Guy Priqueler

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un compagnon de route nous a quitté, à Nancy, à l’âge de 69 ans.

Guy était le fils d’un cheminot et d’une modiste, grandi dans le bassin minier de Longwy. Ayant découvert l’anarchisme au lycée, le hasard lui fit croiser la route de Daniel Guérin à l’été 1970. Le jeune homme reconnut le vieux révolutionnaire, dont il avait vu une photo au dos d’un livre. Ils sympathisèrent et Guérin lui offrit une pile de bouquins. Tous deux devaient se retrouver, dix ans plus tard, à l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL).

Jeune médecin, Guy dépareillait dans le groupe plutôt ouvrier qu’était l’UTCL, où quelques camarades parisiens l’avaient affectueusement surnommé « Docteur Knock ».

Guy déploya en tout cas une grande activité au sein de l’UTCL, impliquée dans de multiples luttes sur Nancy. Ses militants coanimaient par exemple le Comité antimilitariste qui, en Meurthe-et-Moselle, était un point d’appui important des comités de soldats.

En 1978-1979, il fut un acteur du soutien de l’UTCL à la lutte des résidents des foyers Sonacotra, en grève des loyers.

Outre cela, Guy s’était engagé, dès ses études de médecine, dans le combat pour le droit à l’avortement, en participant au Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) et au Planning familial, dont il fut quelque temps vice-président national. À cette époque, il pratiqua des IVG clandestines avec la méthode de Karman, et organisa une projection privée du film Histoire d’A, alors interdit, sous l’égide de la Ligue des droits de l’homme.

Ayant commencé à exercer comme médecin libéral en 1980, d’abord en gériatrie, puis en milieu scolaire, Guy évolua vers l’orthogénie en 1983, puis vers la toxicologie en 1994. Adhérent au Syndicat de la médecine générale, il cofonda également, en 1991-1992, le réseau Toxicomanie-Ville-Hôpital, qui fut actif une vingtaine d’années.

Ayant quitté l’UTCL en 1984, Guy resta un sympathisant actif du mouvement communiste libertaire. Dans les années 2000-2010, il souscrivait aux Ami·es d’Alternative libertaire et, en 2016, avec Patrice Grillot, il confia plusieurs cartons au Fonds d’archives communistes libertaires à Montreuil.

Il continuait à militer avec le Réseau éducation sans frontières et, en juin 2018, il aida à organiser un meeting d’AL à Nancy, dans le cadre de la tournée d’Arthur Aberlin en soutien à la gauche kurde au Moyen-Orient.

Il n’arborera plus son sourire ironique en coin  ; il ne nous dardera plus de ses petites piques caustiques. Adieu Guy Priqueler  !

Guillaume Davranche (AL Montreuil)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut