écologie

Notre-Dame-des-Landes, non c’est non : la lutte se poursuit

Version imprimable de cet article Version imprimable


On avait prévenu : quel que soit le résultat de ce référendum biaisé, le mouvement d’opposition à l’aéroport ne déposera pas les armes. Rendez-vous au rassemblement des 9 et 10 juillet.

Comme c’était prévisible, le « Oui à l’aéroport » a été « majoritaire » lors de la consultation sur le projet Vinci à Notre-Dame-des-Landes :

  • l’abstention, les votes blancs et nuls représentent 49,5 % des inscrit.e.s de Loire-Atlantique ;
  • le Oui rassemble 27,8 % ;
  • le Non rassemble 22,6 %.

Cette consultation avait été organisée de telle façon qu’il pouvait difficilement y avoir d’autre résultat. Le gouvernement avait choisi de la limiter au département de Loire-Atlantique, alors que cet aéroport concerne au moins les deux régions Bretagne et Pays-de-la-Loire. Mais un tel périmètre de consultation aurait été favorable au Non.

Les moyens de l’État et des collectivités territoriales ont été utilisés en toute illégalité pour faire de la propagande sur le Oui. L’État n’a cessé de répandre des contre-vérités sur le projet, alors que les dernières études officielles démontrent sa dangerosité écologique et son inutilité.

Le gouvernement, allié au président (LR) des Pays-de-la-Loire, Bruno Retailleau (de culture Chouans, villiérisme et Manif pour tous), n’ont cessé d’appeler à la haine et à la violence contre les zadistes.

Malgré ce climat délétère, les collectifs contre l’aéroport ont mené une campagne déterminée pour tenter de rétablir la réalité des faits et défendre une autre vision du futur – campagne à laquelle a largement participé Alternative libertaire. Partis d’un rapport de 60%-40% favorable à l’aéroport, la campagne a permit de remonter la moitié de l’écart.

Ces dernières semaines, AL a collé un millier d’affiches contre l’aéroport sur la région nantaise.
cc AL Nantes

Malgré les déclarations guerrières des pro-aéroport à l’issue du scrutin, l’ensemble des composantes du mouvement anti-aéroport – Acipa, Copain 44, zadistes – a immédiatement pris position en affirmant : « la lutte se poursuit dès ce soir ». Avec elles, Alternative libertaire appelle « tous les soutiens et comités partout en France et au-delà à se mobiliser et à redoubler de vigilance dans les semaines et mois à venir. Il n’y aura pas d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ».

Première étape : le rassemblement estival anti-aéroport, les 9 et 10 juillet à Notre-Dame-des-Landes.

Alternative libertaire, le 27 juin 2016

 
☰ Accès rapide
Retour en haut