Notre-Dames-des-Landes : Balle populaire contre l’Ayrault-port

Version imprimable de cet article Version imprimable


Un festival musical et politique contre le projet d’aéroport s’est tenu à Notre-Dame-des-Landes les 3 et 4 août. Une nouvelle étape dans l’épreuve de force pour contraindre le gouvernement à abandonner – enfin ! – son grand projet inutile.

Samedi 22 juin 2013, de 11h à 13h sous un soleil radieux, nous étions 400 à arpenter les rues de Nîmes pour réaffirmer notre opposition farouche et inébranlable contre la bête immonde. Aux cris de « Clément on t’oublie pas, le fascisme ne passera pas », « Unis contre l’extrême droite et les néo-nazis », « Contre l’extrême droite et la misère, c’est la lutte sociale qui est nécessaire », la manifestation a regroupé des militantes et militants de Solidaires, Conex, CNT, CGT, FA, AL, PCF, PG, NPA, FSU ainsi que les ultras antifas du club de foot de Nîmes, les Gladiators 91. Cette manifestation a fait suite à deux rassemblements à Nîmes les 6 et 7 juin après la mort de Clément Méric. À Alès, un autre rassemblement a aussi été organisé. face à une extrême droite au zénith.

De réunion en réunion, la mobilisation s’est construite avec notamment des diffusions de tracts et collages d’affiches à Nîmes mais aussi dans nombre de villages et villes du Gard. Il y a urgence dans notre département, avec un taux record de votes en faveur du Front national et le député Collard plébiscité dans la circonscription de Vauvert. Si dans les villes (Nîmes, Alès et Uzès) la présence des fascistes est discrète, dans certains villages il n’en est pas de même.

Un climat particulièrement nauséabond prévaut dans plusieurs villages du Gard : l’an dernier, en fin de nuit à la fête d’Aigues-Mortes, a eu lieu une véritable ratonnade. A Sumène, à l’occasion d’une fête de village, des jeunes avaient multiplié des provocations en chantant des chants nazis le bras tendu. Ces faits ont provoqué la colère de la communauté villageoise qui s’était mobilisée pour réaffirmer l’identité ouverte et antiraciste des Cévennes gardoises.

Riposte unitaire et intersyndicale

Jeudi 27 juin, plusieurs organisations se sont retrouvées au local de Solidaires 30 pour poser les bases d’un collectif unitaire antifasciste. Nous avons défini nos axes d’interventions (avec comme priorité le monde du travail et les quartiers défavorisés), délimité notre cadre unitaire en envisageant d’exclure la participation des organisations (PS, MJS, EELV) participant à un gouvernement qui mène une politique de stigmatisation des étrangers dans la continuité du précédent gouvernement. Des commissions de travail ont été mises sur pied. Rendez-vous est déjà pris pour décider la participation à la manifestation antifasciste du samedi 14 septembre à Marseille afin de protester contre la tenue de l’université d’été du FN. Un autre objectif du collectif sera de proposer un événement intersyndical pour les syndicats gardois autour d’une rencontre ouverte avec Vigilance et initiatives syndicales antifascistes (Visa) et peut être une adhésion à ce réseau.

Nous tâcherons aussi d’ouvrir le collectif aux associations et à ceux et celles qui agissent dans le tissu social des quartiers populaires afin d’amener le plus de monde possible à rejoindre la lutte antifasciste.

Jérémie Berthuin et Edouard Gloanec (AL Gard-Cévennes)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut