Nucléaire : Mise en examen de Stéphane Lhomme

Version imprimable de cet article Version imprimable


Mardi matin, à 8 heures, la Direction de la sûreté du territoire (DST) a mené une perquisition pendant cinq heures au domicile de Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire. Celui-ci a ensuite été placé en garde à vue avant d’être relâché aux environs de 20 heures.

La DST recherchait un document classé « confidentiel-défense » sur le réseau nucléaire EDF. Sortir du nucléaire, réseau auquel Alternative libertaire est adhérente, avait publié sur son site une lettre d’un responsable EDF faisant état de l’existence de ce document. Stéphane Lhomme est soupçonné par la DST de « compromission du secret de la défense nationale », passible de cinq ans de prison et de 75000 euros d’amende. Sortir du nucléaire a depuis confirmé la détention du document, l’a mis à la connaissance de toutes et tous et appelle à le diffuser largement

Alternative libertaire dénonce les méthodes de la DST, qui tiennent bien de l’intimidation et de la criminalisation à l’égard du mouvement écologiste, et non de l’investigation.

Cette affaire est par ailleurs une nouvelle preuve flagrante de la volonté d’opacité du gouvernement en matière de politique nucléaire. Cette opacité est en fait la seule solution trouvée pour imposer à une opinion publique de plus en plus hostile au tout-nucléaire, comme l’a montré le rassemblement anti-EPR à Cherbourg le 15 avril dernier, l’implantation de nouveaux réacteurs.

C’est pourquoi nous nous joignons à la protestation de Sortir du nucléaire et nous publions également le document « confidentiel-défense » sur notre site Internet.

Face à la répression des mouvements sociaux, ne laissons pas faire !

Alternative libertaire, le 18-05-06

 
☰ Accès rapide
Retour en haut