Palestine : Nouveau crime impuni au large de Gaza

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le silence des dirigeants occidentaux après l’arraisonnement de la flottille humanitaire confirme le régime d’exception accordé à Israël. Alors que cette impunité galvanise le gouvernement sioniste et ne fait qu’encourager la destruction de la Palestine, c’est bien à l’impunité qu’il faut s’attaquer.

En juin 2008, l’Union européenne décidait le « rehaussement » des relations économiques entre l’Europe et Israël. Quelques mois plus tard, c’était le massacre de Gaza. Le 10 mai 2010, Israël était admis dans le club très fermé des nantis de l’OCDE. Trois semaines plus tard, c’était l’attaque contre la flottille venue briser le blocus de Gaza avec au moins neuf morts sur le Mavi Marmara. Ce sont l’impunité d’Israël et la complicité de l’Occident qui alimentent la fuite en avant criminelle (et suicidaire) des gouvernements successifs de ce pays. Le blocus de Gaza dure depuis quatre ans avec la complicité de la communauté internationale et de l’Egypte qui bloque la frontière de Rafah. Collectivement punis d’avoir « mal » voté, les palestiniennes et les palestiniens vivent l’étranglement quotidien dans une prison à ciel ouvert. Gaza est devenu un laboratoire. Quatre-vingt-dix-sept produits sont autorisés à rentrer au compte-gouttes. Alors on manque de tout : nourriture, eau, électricité, pétrole, ciment, matériel scolaire, médicaments…

« Tue un Turc et repose-toi ! »

Les morts du Mavi Marmara ne sont pas victimes d’une bavure, c’était délibéré. Ils sont morts parce qu’ils venaient briser un blocus criminel et parce qu’ils sont turcs. Le pacifiste israélien Uri Avnéry, 86 ans, raconte une vieille blague juive : « Une mère juive en Russie prend congé de son fils, appelé à servir le tsar dans la guerre contre la Turquie. Ne te fatigue pas, le supplie-t-elle, tue un Turc et repose-toi. Tue un autre Turc et repose-toi encore... Mais ma mère, interrompt le fils, et si le Turc me tue ? Toi, s’exclame la mère ? Mais pourquoi ? Que lui as-tu fait au Turc ? Quel antisémite ! ». Uri Avnéry a été agressé au retour d’une manifestation. Pourquoi s’en prendre aux Turcs alors que l’histoire des Juifs turcs accueillis après l’expulsion d’Espagne (1492) est exemplaire et qu’il n’y a eu aucune persécution antisémite dans ce pays ? Le régime sioniste s’en moque ! Il a besoin de l’antisémitisme comme d’un carburant. Dans sa mythologie, les victimes ont été, sont et seront toujours juives. Les Palestiniennes et les Palestiniens n’existent pas. Et puisque la Turquie n’est plus une alliée, elle est considérée comme un ennemi. D’ailleurs c’est un pays musulman. Dans cette société paranoïaque, la certitude d’être haï et encerclé alimente la haine raciste, et la propagande israélienne maintiennent l’argument fallacieux que la guerre n’est qu’une défense devant l’agresseur. Après l’attaque, la députée Haneen Zoabi du Balad (un des trois partis palestiniens représentés à la Knesset) a été agressée en plein parlement, menacée d’être déchue de son mandat parce qu’elle n’est pas sioniste. Parmi les pacifistes emprisonné-e-s et expulsé-e-s figurent Hedy Epstein, 86 ans, rescapée du génocide nazi (elle avait participé à la marche pour Gaza) et Dror Feiler qui préside le Réseau des Juifs européens pour une paix juste.

Prenons nos responsabilités

Le silence pour condamner cet acte de piraterie a été impressionnant en Occident. Obama et Sarkozy ont couvert Israël à l’ONU. Pourtant, le gouvernement israélien et les brutes qui le dirigent (Nétanyahou, Liberman, Barak…) ont subi une défaite politique. Les manifestations ont été massives dans le monde entier avec en France une participation importante et unitaire (musulman-e-s, athées, juifs et juives, partis, associations, syndicats). Le régime collabo de Moubarak a été obligé d’ouvrir la frontière à Rafah. Le BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) contre Israël est renforcé. Face à la lâcheté internationale, c’est l’arme essentielle pour mettre fin à la destruction de la Palestine.

Pierre Stambul (bureau national de l’Union Juive Française pour la Paix)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut