politique

Paris : Sous la plage, l’apartheid

Version imprimable de cet article Version imprimable


Aurait-on pu imaginer, dans les années 1980, la Ville de Paris faire la promotion de Pretoria, capitale d’une Afrique du Sud alors en plein régime d’apartheid ? Eh bien, la municipalité socialiste s’apprête à rendre ce fier service à Tel-Aviv, capitale d’un État colonialiste qui s’est encore illustré, il y a un an à peine, par un massacre dans la bande de Gaza.

Un an après l’attaque sanglante de la bande de Gaza par Tsahal, la mairie de Paris a décidé de mettre les berges de la Seine au service de la propagande de l’État d’Israël en organisant, le 13 août, dans le cadre de Paris-Plages, l’animation festive "Tel-Aviv-sur-Seine".

Malgré les dénégations de la maire, Anne Hidalgo, célébrer ainsi la capitale d’un État raciste et colonialiste apparaît bien comme une occasion, pour le gouvernement Netanyahou, de redorer son image et de faire oublier les violences quotidiennes que subit la population palestinienne.

Mettre en avant une « ville balnéaire appréciée des noctambules du monde entier » [1], c’est passer volontairement sous silence la situation d’apartheid qui prévaut en Israël — y compris à Tel-Aviv —, c’est passer sous silence la colonisation qui se poursuit impunément dans les Territoires palestiniens, c’est passer sous silence le blocus maritime criminel et le mur honteux qui maintiennent dans la misère la population de la bande de Gaza, tout cela à quelques kilomètres de Tel-Aviv.

Face à cette hypocrisie, Alternative libertaire soutient l’appel à mobilisation de la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions et encourage toutes celles et tous ceux que la politique israélienne révolte à protester contre l’organisation, par la Ville de Paris, de cette obscène opération de propagande.

Contre l’apartheid, contre l’occupation et contre la colonisation, nous continuerons d’appeler au boycott de l’État d’Israël tant que les droits des Palestiniennes et des Palestiniens ne seront pas reconnus.

Alternative libertaire, le 11 août 2015

Non à Tel Aviv sur Seine !

[1] Anne Hidalgo : « Pourquoi nous accueillons Tel-Aviv à Paris Plages », Le Monde du 11 août 2015.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut