Paysans d’extrême droite : «  Laissez-nous polluer en paix  !  »

Version imprimable de cet article Version imprimable


La Coordination rurale, organisation d’agriculteurs proche du Front national, s’oppose avec force à toute mesure restreignant leur droit à détruire l’environnement et à exploiter les ouvriers agricoles. Exemple dans le Lot-et-Garonne.

À l’appel de la Coordination rurale (CR), une centaine d’agriculteurs ont mené lundi 6 octobre une action de blocage de la ville d’Agen pour «  protester contre le placement de plus de 80 % des terres du département en " zone vulnérable " dans le cadre de la directive nitrates  »

Toutes les entrées de ville, ainsi que les abords de la préfecture, du conseil général et du conseil des Prud’hommes furent prises d’assaut au petit matin. Arrivés sur leur tracteur, ils déversèrent fumier, pneus et autres plastiques qu’ils brûlèrent. Une odeur nauséabonde envahit les rues d’Agen.

En Lot-et-Garonne la CR a obtenu une majorité relative aux élections à la chambre d’agriculture. Les liens de ce syndicat avec l’extrême droite sont régulièrement dénoncés… bien que la CR s’affirme «  apolitique  ». Mais ses membres, et en particulier Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d’agriculture, sont des militants de choc contre les droits des salariés agricoles  [1] et le fils de Bousquet-Cassagne, Étienne, a été candidat FN aux dernières législatives à Villeneuve-sur-Lot.

Les revendications de la CR peuvent se résumer ainsi  : «  Ces zones vulnérables, sous couvert de protéger la nature et l’environnement, nous empêchent de travailler correctement et en plus tuent les éleveurs  » [2]. Les manifestants estiment que «  la pollution aux nitrates n’est pas avérée  ». Cette action fait écho à la campagne de la CR qui affiche le long des routes le slogan du département «  Foutez-nous la paix, laissez-nous travailler  »  : plus de contrôle pour pouvoir polluer en paix et exploiter les salariés agricoles comme bon leur semble. Rappelons l’expédition punitive contre un conseiller prud’hommes en assiégeant son domicile toute une nuit, ou l’attaque, armés de tronçonneuses, contre un rassemblement de défense de cèdres centenaires au lycée Étienne-Restat à Sainte-Livrade- sur-Lot vendredi 10 octobre.

La cohérence avec le FN est totale, quand son candidat Étienne Bousquet-Cassagne affirmait «  les agriculteurs veulent vivre de leur travail sans être emmerdés par l’administration  ».

Milices productivistes

La Confédération paysanne, elle, rappelle que «  le programme nitrate engagé pour la préservation et la restauration de la qualité des eaux date de 1991  » [3] et que si la directive nitrate aboutit «  aujourd’hui à une situation intenable pour les agriculteurs  », c’est en partie la conséquence de «  vingt-trois ans d’immobilisme et d’irresponsabilité de la part de certains représentants agricoles  ». Si «  la Confédération paysanne 47 conteste la décision (…) d’extension des zones vulnérables parce qu’elle a été prise (…) sans programme de financement des mesures d’accompagnement  », elle «  considère que ce dossier d’ordre technique est surmontable et reste sans commune mesure avec le sujet de préoccupation prioritaire des agriculteurs  : la juste rémunération de leur travail  ». Elle affirme aussi que Serge Bousquet-Cassagne «  a abandonné sa mission de responsable agricole pour prendre le rôle de chef de milice  ».

La logique capitaliste a produit une agriculture intensive fondée sur une utilisation massive de pesticides et de méthodes productivistes qui a détruit des centaines de milliers de petites exploitations. C’est cette politique que soutient aujourd’hui la CR.

La CR préfigure sans doute ce à quoi nous risquons d’assister avec la stratégie du FN d’entrisme dans le mouvement social. Cela rend d’autant plus nécessaire la vigilance face à cette logique, y compris contre ceux qui favorisent les liens «  bruns-rouge  » comme aujourd’hui l’association Les Gentils Virus et leur gourou Étienne Chouard qui tentent de s’implanter dans le mouvement anti-Tafta.

Jacques Dubart (AL Agen)

[1Voir l’article de Philippe Baqué « On veut des Polonais et des Marocains ! » dans le Monde Diplomatique de septembre 2014.

[2Déclaration à l’AFP de Serge Bousquet-Cassagne, déjà citée.

[3Communiqué de presse du mardi 7 octobre 2014.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut