Strasbourg outragée, Strasbourg brisée, Strasbourg martyrisée.. (la suite)

Strasbourg occupée par l’OTAN !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Strasbourg outragé, Strasbourg brisé, Strasbourg martyrisé...

Pas loin d’une trentaine de chefs d’Etat se sont donnés rendez-vous à Strasbourg le 3 et 4 avril prochain pour préparer les futures guerres pour le contrôle des ressources de la planète et essayer de redresser la barre en Afghanistan, où l’OTAN s’enfonce inexorablement... Ayant pris leurs habitudes, ces gens ont placé Strasbourg sous occupation, histoire d’éviter toute tentative d’expression divergente.

Bienvenue à Kaboul sur Rhin.

En venant à Strasbourg dans le cadre du sommet de son soixantième anniversaire, l’OTAN applique sa tactique habituelle de contrôle du territoire. Comme en Afghanistan, en Irak ou au Kosovo, les habitants et habitantes de Strasbourg vont subir les contraintes de l’occupation militaire :

- mise en place d’une zone rouge (« de sécurité ») au centre ville qui sera totalement interdite d’accès, de circulation...

- mise en place de check points (« barrages filtrants ») permettant le contrôle militaire des individus...

- mise en place d’un laissez-passer (« badges ») que les habitants doivent se procurer obligatoirement après enquête policière…

- sans parler du couvre feu, de la construction de murs devant des bâtiments institutionnels dits « sensibles », etc.

Tout cela serait justifié par le fantasme d’invasion d’une horde de gauchistes chevelus et casseurs, qui auraient l’audace de nuire aux guerres pour la paix et la liberté de l’OTAN.

Bons contre Méchants

Le message officiel de l’Etat et des médias vise à museler le contre sommet par une propagande qui oppose les gentils militaires qui vont imposer la paix et la démocratie dans les pays qui possèdent des ressources naturelles, et les méchants anti-capitalistes, caricaturés comme des casseurs et des terroristes.

Pour préparer la répression, les institutions déploient une force armée de 12 000 personnes côté français et 15 000 côté allemand, augmentent les effectifs et les locaux judiciaires, libèrent de l’espace dans les maisons d’arrêt de l’est et installent des parcs de détention provisoire à Kehl.

L’Etat fait tout pour accentuer les tensions et susciter des affrontements afin d’entretenir sa politique répressive :

- pour que la population se sente constamment insécurisée,

- pour justifier la répression contre un mouvement qui remet en cause l’impérialisme, même au prix de manipulation judiciaires et médiatiques (comme l’affaire de Tarnac…)

...mais Strasbourg libérée !

Strasbourg, zone libre

Il est révélateur que l’Etat veuille se protéger de sa propre population en s’enfermant dans un bunker au nord de Strasbourg et en contraignant les habitants et habitantes…

De l’autre côté, la zone sud de Strasbourg, encore libre, sera le centre de la lutte anti-impérialiste : un village alternatif sera installé rue de la Ganzau au Neuhof, des forums, débats, des manifestations et des actions de blocage se dérouleront à partir de cette zone de résistance.

Ce contre sommet se veut un lieu ouvert à tous et à toutes, fonctionnant de façon démocratique, afin de débattre de la nocivité de l’OTAN et des alternatives à mettre en place. Toute la population est appelée à participer et agir contre l’occupation militaire des rives du Rhin et des autres pays par l’OTAN !

Nous ne pouvons pas laisser passer cette débauche de moyens militaires et financiers, ainsi que cette propagande guerrière qui vise à justifier la politique colonialiste occidentale !

Nous ne pouvons pas accepter que nos dirigeants engagent les peuples dans un nouvel engrenage belliciste !

Solidarité avec les peuples sous domination et les tous réfugiés !

Tous et toutes dans la rue contre l’OTAN, du 1er au 5 avril à Strasbourg, Kehl et B

PDF - 1 Mo
Tract AL Alsace 14/03/09
 
☰ Accès rapide
Retour en haut