Traité simplifié : Antisocial et illégitime

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le sommet de Lisbonne les 18 et 19 octobre dernier a permis un accord entre les chefs d’États européens sur un traité dit « simplifié ». En réalité, il reprend l’essentiel du texte rejeté en mai 2005 et s’inscrit dans la droite ligne de la construction capitaliste de l’Europe (dumping social, chasse aux immigré-e-s…). La ratification se fera dans le courant de l’année 2008 par la voie parlementaire dans la majorité des États.

Après les « Non » français et néerlandais qui ont constitué un désaveu cinglant pour les classes dirigeantes, il s’agit d’éviter tout débat public sur la question et a fortiori toute procédure de consultation des peuples. Alternative libertaire est opposée à ce nouveau traité et participera à la bataille contre son adoption. Pour autant, AL ne s’associera pas, au plan national, à l’appel de la « gauche du Non » (PCF, socialistes nonistes, comités antilibéraux, LCR) très polarisé par les questions institutionnelles. Même si le gouvernement français concédait un nouveau référendum – ce qui est peu probable – nous serions paradoxalement toujours face à un déni de démocratie, dans la mesure ou un texte similaire a déjà été rejetée en mai 2005.

Ce sont avant tout des luttes collectives victorieuses qui mettront un coup d’arrêt à la démolition sociale mise en œuvre par la bourgeoisie au plan européen : casse des retraites, privatisations, autonomie des universités, etc.

Edith Soboul (Secrétariat fédéral d’AL)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut