journal de bord

Un communiste libertaire dans les YPG #14 : « Nous avions passé un accord avec l’État islamique »

Version imprimable de cet article Version imprimable


« Pour fuir, ils avaient réquisitionné tout ce qui pouvait rouler : motos, tracteur, voitures cabossées, pick-up et même un tractopelle embarquant quelques combattants dans la pelle. »


Alternative libertaire reproduit les billets du blog Kurdistan-Autogestion-Révolution, carnet de voyage d’un camarade engagé au sein des YPG.

Au fil des semaines, il témoignera de la vie au sein des milices combattantes, des débats qui s’y mènent et de l’expérience du confédéralisme démocratique dans les zones libérées.


Front Est de Raqqa, le 13 septembre 2017

Suite de mon précédent billet.

Le 1er juin, cela faisait maintenant trois jours que nous étions entrés dans Mansoura et que nous tenions la même position défensive aux abords de la route principale menant vers le centre-ville. Les accrochages se succédaient entre nos troupes et celles de l’État islamique, mais les combats n’étaient pas très intenses, en particulier pour mon unité, qui n’est ni une unité de snipers, ni de démineurs, ni d’armes lourdes.

Depuis le milieu de la journée, une rumeur parcourait nos rangs : les djihadistes jetaient l’éponge. Mon kurde s’étant amélioré, j’ai compris que nous avions passé un accord avec l’État islamique : ils quittaient la ville, abandonnaient leur matériel lourd et leurs munitions, et nous allions les laisser filer vers Raqqa.

Cette négociation m’a un peu perturbé dans un premier temps… mais on est loin ici de la mystique antiterroriste occidentale (« On ne négocie pas avec les terroristes ! ») et de l’image fantasmée que l’on peut avoir de la révolution ; nous sommes dans une situation de belligérance. J’y reviendrai dans le prochain billet.

Une piteuse caravane de djihadistes

J’en étais là de mes réflexions quand, soudain, un camarade débarqué en trombe m’a ordonné de me planquer dans le bâtiment.

J’ai vite compris pourquoi. Quelques secondes plus tard, dans un nuage de poussière, une longue colonne de véhicules ennemis faisait son apparition sur la route que nous gardions, en direction de Raqqa. Situation très particulière : alors que nous n’étions que 10 YPG à cet endroit, voilà que 150 à 200 soldats du califat passaient à moins de cent mètres de nous. Autant dire si quelque chose foirait, nous étions morts.

Mais de toute évidence, cette piteuse caravane de djihadistes battant en retraite n’avait aucune envie que ça tourne mal. Pour fuir, ils avaient réquisitionné tout ce qui pouvait rouler : motos, tracteur, voitures cabossées, pick-up et même un tractopelle embarquant quelques combattants dans la pelle. Ce pittoresque cortège m’a immédiatement fait penser à une histoire qu’aimait bien me raconter ma grand-mère : la différence entre l’armée allemande entrant fièrement dans sa ville en 1940, en rangs parfaits et uniformes rutilants, et la même armée fuyant en 1944, charriant dans sa débâcle tout ce qu’elle pouvait emporter, hormis sa dignité.

Des sentiments analogues ont dû saisir le cœur des habitantes et des habitants de Mansoura, que je n’allais pas tarder à rencontrer.

Arthur Aberlin

 
☰ Accès rapide
Retour en haut