Une réponse à la hauteur des enjeux : la grève générale

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le gouvernement Raffarin et le Medef mènent une guerre sociale tous azimuts. Lois sécuritaires, décentralisation/démantèlement des services publics, licenciements collectifs, réductions massives d’effectifs dans le privé et le public, destruction des retraites et de la Sécurité sociale... A cette attaque globale il faut une réponse globale.

La politique gouvernementale vise à redistribuer les richesses en faveur des classes aisées et à répartir au mieux la pénurie pour le reste de la population. En sabrant dans la protection sociale de la population, le gouvernement compte financer sa politique de cadeaux fiscaux pour les riches, et accroître les profits des capitalistes.

Le choix est très clair : ce sera le minimum vital, pour ceux et celles qui triment.

- Retraite minimum avec 20 à 30% de perte de pouvoir d’achat dès 2008. Une retraite au rabais pour laquelle il faudra bosser plus longtemps, 42 ou 43 ans, dans le privé comme dans le public après 2008.
- Sécurité sociale minimum avec la mainmise croissante des assurances privées sur la protection sociale.
- Service public minimum avec les privatisations, filialisations, soustraitance, suppressions massives d’effectifs et assèchement budgétaire.
- Emploi minimum : l’intérim se porte très bien, les CDI se font rares et les plans de licenciements se multiplient.

Difficile, face à toutes ces attaques, d’organiser une riposte qui permette d’être efficaces et de l’emporter sur tous les fronts. Ce qui est sûr, c’est que la question des retraites est décisive.

Si le gouvernement fait passer sa loi de démolition des retraites, il n’aura pas de mal à imposer tous ses autres projets de régression sociale. Il faut donc le stopper.

Grève illimitée pour stopper le projet de loi retraites

Il est important dans l’immédiat de concentrer un maximum de forces pour obtenir :

- le retrait du projet de loi gouvernemental sur les retraites et, au-delà d’un retour aux 37,5 annuités de cotisation pour tou(te)s, il nous faut revendiquer :
- le droit à la retraite à 55 ans pour tou(te)s, avec la totalité des droits quelle que soit la durée de cotisation... et avec l’embauche correspondant aux emplois libérés ;
- l’abolition de toute forme de capitalisation (fonds de pension, épargne salariale, stock-options...) qui gangrène le système actuel ;
- l’égalisation et revalorisation des retraites ;
- le financement des retraites en augmentant les cotisations sociales du patronat ;
- le refus de la cogestion comme de l’étatisation des organismes sociaux (Sécu, assurance-chômage, etc.) et la réappropriation par les assurés sociaux de leur gestion. Les administrateurs devant être élus, rendre compte de leur mandat et être révocables par ceux qui les ont élus.

Les grèves de 24 heures à répétition sont insuffisantes. Il faut donc dès maintenant opter pour la grève générale interprofessionnelle, reconductible jusqu’au retrait du projet de loi gouvernemental sur les retraites.

Public, privé, soyons solidaires, agissons ensemble !

 
☰ Accès rapide
Retour en haut